Créer ou refaire une salle de bains complète : guide et prix

Que ce soit pour créer ou pour refaire votre salle de bains complète, il vous faut bien penser votre projet en amont car c’est une pièce qui demande de la précision, de la sécurité et un budget pouvant facilement exploser. Nos artisans du bâtiment vous apportent toutes les informations indispensables !

Le prix d’une salle de bains complète

Voici les éléments tarifaires liés à une salle de bain complète:

Postes de dépense

Prix

Travaux de préparation

préparation du sol

dalle béton

50 à 70 € par m²

ragréage

20 € par m²

système de chauffage et ventilation

chauffage au sol

40 à 110 € par m²

chauffe-eau

à partir de 500 €, voire plus

VMC (simple ou double flux)

300 à 4 000 €

cloisonnement

placo simple

10 à 15 € par m²

placo hydrofuge H

20 à 40 € par m²

panneaux muraux de douche

350 € pour 2 à 3 m²

plomberie

travaux de plomberie

40 à 70 € par m²

alimentation en eau

20 à 60 € par ml

évacuations des eaux usées

50 à 100 € par ml

électricité

travaux d’électricité

50 à 80 € par m²

Préparation de la pièce

isolation

sol

20 à 50 € par m²

murs

50 à 90 € par m²

plafond

35 à 90 € par m²

peinture

25 à 45 € par m²

carrelage

45 à 140 € par m²

faïence

55 à 170 € par m²

parquet

60 à 210 € par m²

tadelakt

70 à 260 € par m²

béton ciré

100 à 460 € par m²

Travaux d’aménagement

baignoire

baignoire

400 à 2 350 €

baignoire balnéo

1 000 à 6 000 €

WC

WC à poser

200 à 1 050 €

WC suspendu

300 à 1 000 €

bidet

230 à 700 €

sèche serviette

130 à 400 €

lavabo 

lavabo simple

250 à 550 €

lavabo sur console

360 à 1 100 €

douche

cabine de douche

800 à 2 000 €

douche italienne

1 200 à 4 500 €

robinetterie

80 à 600 €

mobilier (support de vasque et armoire)

premiers prix

200 à 800 €

gamme intermédiaire

800 à 3 000 €

haut de gamme

3 000 à 10 000 €

Les aménagements PMR

baignoire

à sabot avec porte

3 000 à 10 000 €

classique avec porte

2 500 à 9 000 €

avec siège élévateur

5 000 à 22 000 €

à seuil abaissé

1 500 à 6 000 €

douche

3 000 à 9 000 €

lavabo ou vasque

150 à 1 000 €

douche à l’italienne

1 000 à 3 000 €

poignées agrippantes

20 à 50 €

porte adaptée pour PMR 

200 à 3 150 €

fauteuil roulant de douche

250 à 700 €

Les travaux de préparation

Dans le cas de la création comme de la réfection d’une salle de bains complète, il faudra commencer par préparer le futur espace afin de le rendre apte à accueillir une telle pièce. Selon les situations, ces travaux préalables seront plus ou moins conséquents.

Ainsi, parmi les travaux à mettre en œuvre lors de cette étape, il est possible, notamment, de prévoir les actions suivantes :

  • déposer l’ensemble des équipements en place (mobiliers, vasque, douche et/ou bain, bidet, WC, radiateurs sèche-serviette…), voire des revêtements ;
  • réparer les différents supports (sol, murs, plafond), du simple passage d’enduit au ragréage, si nécessaire ;
  • faire venir les réseaux d’eau (alimentation et évacuation) ou déplacer des éléments de plomberie et la remettre aux normes si besoin ;
  • éventuellement prévoir un chauffe-eau complémentaire (ou s’assurer que le réseau en place peut répondre aux besoins supplémentaires de cette pièce d’eau) ;
  • revoir le principe de chauffage et de ventilation ;
  • déplacer certaines cloisons en vue d’un agrandissement de la pièce existante ;
  • adapter l’électricité en place (déplacer certaines prises qui pourraient se retrouver dans des zones non compatibles notamment) ou réaliser une remise aux normes électriques.

La préparation du sol

Comme dans l’ensemble des pièces d’un logement, il est important, avant de lancer la mise en œuvre d’un revêtement, mais aussi l’installation d’équipements et de mobiliers, de s’assurer que le sol est sain et plan. 

Selon les cas de figure, différentes actions peuvent alors être envisagées qui sont :

  • en présence d’une pièce à créer complètement ou d’un sol extrêmement abîmé, il faudra créer une dalle béton (ce pourrait même être l’occasion d’escamoter les différentes canalisations et gaines qui y seront alors enfouies) ;
  • en présence d’un sol légèrement abîmé, un ragréage permettra de supprimer les quelques imperfections.

Le système de chauffage et de ventilation

Il faudra aussi, parfois, prévoir de repenser le système de chauffage de la pièce et y installer un principe de ventilation si elle n’en dispose pas déjà.

  • Côté chauffage, la solution du sèche serviette est idéale puisque cette dernière permet une double utilisation de l’équipement. Mais il est également possible de se tourner vers un chauffage au sol si les équipements du logement le permettent et si une dalle est prévue.
  • Côté ventilation, une salle de bains devra impérativement disposer d’une VMC (ventilation mécanique contrôlée). Cet équipement a vocation à assainir l’air de la pièce, clairement trop chargé en humidité. Si la mise en place de la VMC se révèle impossible, il faudra alors, a minima, que la pièce d’eau soit dotée d’une ouverture sur l’extérieur, d’un aérateur ou d’une VMP (ventilation mécanique ponctuelle) qui sont moins contraignants en termes de travaux d’installation.

Le cloisonnement

Selon la future configuration de la salle de bains complète à venir, il faudra parfois aussi en passer par des travaux de cloisonnement.

Ce peut notamment être le cas si le souhait est de disposer d’un espace plus grand afin d’installer à la fois la baignoire et la douche, auquel cas il faudra déplacer une cloison existante en supprimant un couloir inutile par exemple. Dans ce cas, il sera préconisé de se tourner vers le BA13.

Mais ce cloisonnement peut aussi être souhaité au sein même de cette salle de bains pour créer des espaces délimitant l’espace WC ou le coin douche. Il sera alors possible d’utiliser des carreaux de verre pour un bel effet esthétique.

Et la cloison devra aussi être adaptée aux circonstances. En effet, elle devra être hydrofuge pour accepter l’ambiance humide de la future pièce, mais elle devra parfois aussi être renforcée si elle doit accueillir le poids d’un WC suspendu ou d’un petit chauffe-eau mural.

La plomberie

Pour un fonctionnement optimal, la salle de bains devra être dotée des alimentations et évacuations adaptées. Cela implique que :

  • dans le cas d’une réfection, il faudra parfois revoir les emplacements des sorties d’alimentation et des évacuations. Un plombier pourra alors simplement prolonger et modifier ces éléments afin de les adapter.
  • dans le cas d’une création, si la pièce n’a pas du tout été équipée auparavant, le plombier devra intégralement créer les arrivées et évacuations de la pièce, ce qui demandera un travail bien plus conséquent : percement de mur porteur et/ou de dalle, respect de la pente nécessaire à l’évacuation, etc.

Lors de ces opérations, il faudra penser aussi bien aux besoins en eau chaude et froide qu’aux besoins d’évacuation des eaux usées de bains, douches et vasques, que de WC s’il y en a un dans la pièce et qui demande un plus gros calibre en termes de tuyauterie à moins que ce ne soit un sanibroyeur.

L’électricité et la mise aux normes électriques

En termes d’électricité, la salle de bains est une pièce dans laquelle un grand nombre de précautions doit être pris. D’ailleurs, la norme NFC 15-100 doit impérativement être respectée afin d’éviter les risques d’accidents électriques.

Ainsi, que ce soit pour les éclairages, les prises de courant et même les appareils électriques à raccorder, il faudra s’assurer d’être dans la bonne zone.

Afin de vous éclairer sur ce point spécifique, voici les différentes zones en question :

  • Volume 0 : Il s’agit de la zone la plus à risque, à savoir celle correspondant à la délimitation de la baignoire ou de la douche (soit la baignoire elle-même et le receveur). Aucun raccordement électrique ne pourra être prévu dans cette zone.
  • Volume 1 : Il s’agit de la zone située au-dessus de la baignoire ou du receveur de la douche où il y a automatiquement des projections d’eau assez importantes. Un éclairage basse tension y est permis si l’interrupteur est placé dans le volume 2 ou 3.
  • Volume 2 : Il s’agit de la zone située à au moins 60 cm des points d’eau. Cette zone peut être la cible de quelques projections d’eau relativement légères. Les appareils électriques y sont déconseillés.
  • Volume 3 : Il s’agit des zones les moins proches des points d’eau. Les différentes installations électriques de catégories I et II y sont autorisées.

Par ailleurs, au-delà de ces zones qu’il faudra respecter dans la salle de bains, il faudra aussi prévoir, au niveau du compteur, une sécurité supplémentaire via la mise en place d’un différentiel de 30 mA.

Vous l’aurez compris, l’électricité devra être réalisée par un expert en la matière.

Travaux de préparation de la pièce

D’autres travaux de préparation peuvent encore être prévus lors de la mise en œuvre d’une salle de bains complète. C’est notamment le cas de l’isolation et des divers revêtements.

L’isolation

Autre poste non négligeable lors de travaux de rénovation notamment, l’isolation permet de conserver idéalement la chaleur au sein de la salle de bains. Ce sera très appréciable pour les futurs utilisateurs qui pourront alors savourer un réel moment de relaxation et ne pas avoir à se laver le plus vite possible afin de ne pas trop souffrir de la fraîcheur ambiante.

Cette isolation pourra porter aussi bien sur les murs que sur le sol et le plafond.

Au niveau du sol, lors de la création de la dalle, une isolation peut être mise en œuvre par le biais d’une dalle isolante. Il s’agit alors d’une dalle assortie de billes dédiées. Dans les autres cas de figure, il reste encore possible de prévoir une couche isolante avant la pose du revêtement.

Au niveau des murs, des matériaux isolants peuvent être posés sous la forme de rouleaux ou de panneaux. L’isolation sera ensuite masquée par les cloisons. Il est aussi possible d’opter pour des cloisons isolantes, contenant alors une épaisseur d’isolant intégrée à la plaque de BA13.

Au niveau du plafond, les panneaux ou les rouleaux d’isolant seront installés dans un faux plafond.

Les revêtements de sol, de murs et de plafonds

Dans la salle de bains, les revêtements retenus devront être adaptés à la pièce. En effet, un carrelage ne devra pas être trop glissant, le papier peint devra supporter l’humidité…

Voici les principales solutions qui s’offrent à vous en la matière.

Les peintures

Déclinables à volonté en termes de teinte, la peinture sera appliquée au plafond et sur les murs. Certaines peintures spécifiques sont même pensées pour les pièces d’eau, afin de garantir plus de résistance et une meilleure tenue dans le temps.

Les carrelages et les faïences

Au sol, mais aussi sur les parois murales, le carrelage et la faïence sont des options particulièrement intéressantes pour la salle de bains. Comme dans le cas de la peinture, ces revêtements se déclinent dans un très grand nombre de styles, de coloris, mais aussi de dimensions.

Pour le carrelage, il faudra cependant s’orienter vers une version antidérapante afin de réduire au maximum le risque de chute.

Le bois

Egalement compatible avec la salle de bains, le bois apporte son côté chaleureux et authentique. Au sol sous la forme d’un parquet ou décliné en lambris, un bois correctement traité contre l’humidité saura parfaitement correspondre aux attentes. 

Le tadelakt

Moderne, le tadelakt est un enduit mural élégant et discret qui ne craint pas l’humidité. Ce dernier est déclinable à volonté en ce qui concerne les coloris.

Le béton ciré

Toujours pour créer un univers moderne, le béton ciré est un autre type d’enduit qui pourra prendre place aussi bien sur les murs que sur le sol.

Travaux d’aménagement de la salle de bains

Une fois la salle de bains prête à recevoir ses équipements, vient le moment d’effectuer les opérations de pose de ces derniers. Il est à noter qu’il existe un vaste panel de possibilités pour aménager une salle de bains.

Les travaux d’installation de sanitaires 

L’installation des sanitaires est généralement assez simple et rapide dès lors que les opérations précédentes ont été correctement et intelligemment menées. 

En effet, pour ces éléments sanitaires, il suffira simplement de poser et de raccorder les différents équipements aux réseaux d’eau, d’évacuation et éventuellement d’électricité. 

Dans une salle de bains, il faudra impérativement prévoir :

  • une baignoire : elle pourra être droite, en angle, ou encore centrale dans une version sabot, de plus elle pourra se décliner avec des options de balnéo par exemple
  • une ou deux vasques : disposer de plusieurs vasques, posées ou encastrées, permet une utilisation simultanée de la salle de bains par plusieurs personnes, dans certains cas, il peut aussi s’agir d’un simple lavabo sur colonne ou suspendu

Il sera possible d’y ajouter, selon la place et la configuration du logement :

  • un WC : posé ou suspendu, le WC se retrouve dans certaines salle de bains
  • une douche : simple ou dotée d’option de jets massants, la douche peut être à l’italienne, en cabine complète ou encore maçonnée
  • un bidet
  • un sèche serviette

Les robinetteries sont également disponibles avec diverses options comme le mitigeur, le mélangeur, les colonnes avec jets massants, encastrées, etc.

Dans les salles de bains les plus haut de gamme, il sera également possible d’intégrer des cabines hammam et/ou sauna.

Les travaux d’installation des mobiliers

Pour ce qui est des mobiliers, il suffira simplement d’en effectuer le montage et, éventuellement, la fixation.

Dans les possibilités, on trouve le plus souvent :

  • les meubles sous vasques
  • les colonnes et autres meubles de rangement

La dépense sera, alors, fonction du niveau de gamme retenu. Et pour les budgets les plus bas, il est possible de se tourner vers le mobilier de cuisine, moins onéreux et tout aussi efficace en termes de capacité de rangement.

Finalement, ce sont le budget et la place disponible dans la salle de bains qui feront pencher la balance vers tel ou tel équipement et mobilier.

Les aménagements PMR

Dans les maisons devant être équipées pour les PMR (personnes à mobilité réduite), il faudra adapter les installations dans le respect des normes en vigueur et qui garantissent à la fois la sécurité et le confort des utilisateurs.

Les normes à connaître

La salle de bains sera, dans l’idéal, située en rez-de-chaussée et proposera une porte suffisamment large pour permettre le passage d’un fauteuil roulant, soit au moins 83 cm de largeur. Cette même porte pourra, afin de faciliter l’accès, être dans une version à double sens d’ouverture ou coulissante.

Au sein même de la pièce, l’agencement devra lui aussi permettre le déplacement, ou a minima la rotation, d’une personne en fauteuil. Une zone dégagée d’au moins 1.50 m de diamètre sera ainsi indispensable.

Le mobilier et les équipements sanitaires devront, eux aussi, être étudiés afin de ne pas représenter des obstacles et être aisément utilisables. 

Les aides

Lors de travaux de mise en conformité PMR, un grand nombre d’aides est disponible. En effet, les investissements peuvent se révéler assez lourds, d’autant que le bénéficiaire ne disposera pas toujours de ressources financières très élevées.

Par ailleurs, si, à l’occasion des travaux effectués dans la salle de bains, une isolation est mise en œuvre, cette partie de travaux est considérée comme une amélioration des performances énergétiques du logement. Ce poste spécifique est alors, lui aussi, assorti d’une aide sous la forme d’une TVA moins lourde.

Les types d’aides

Présentation rapide

Allocation aux Adultes Handicapés

Elle est accordée selon certains critères. Il y a 2 possibilités : 

– le bénéficiaire a au moins 80 % de taux d’incapacité

– le bénéficiaire a entre 50 et 79 % de taux d’incapacité assorti de “restrictions substantielles et durables d’accès à un travail du fait” de son handicap

Majoration pour la Vie Autonome

Elle est automatiquement accordée lorsque le bénéficiaire ne travaille pas et occupe un logement indépendant.

Prestation de Compensation du Handicap

Cette aide vise à pallier certains besoins tels que :

– les aides à la formation, à l’accès à l’école

– la mise à disposition d’accompagnants

– les chiens d’aveugle

– l’accessibilité dans le logement ou le véhicule

Complément de ressources

Cette aide mensuelle est accordée en cas de taux d’incapacité d’au moins 80 % assorti d’un taux de capacité de travail de moins de 5 %.

Adaptation du logement au vieillissement

Cette aide est dédiée à l’occupant de 70 ans et plus pour lui permettre de rester dans son logement.

Prêt CAF à l’Amélioration de l’Habitat

Le prêt est accordé pour l’amélioration du logement. 

TVA à taux réduit

La TVA à taux réduit est automatiquement appliquée dans le cadre de travaux. 

La TVA à 10 % vise les travaux d’aménagement, en fourniture et pose.

La TVA à 5.5 % vise les travaux d’amélioration énergétique (isolation).

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.