Comment faire des joints de placo?

La réalisation des joints de placo est l’une des étapes les plus délicates !
En effet, les joints doivent être dans la continuité des plaques, avec un dépassement inférieur au millimètre.
Découvrez comment faire les joints de placo !

Rate this post
Pas de commentaire

Le jointement du placo : obligatoire ?

Lors de la construction d’une cloison en placo, on réalise systématiquement des joints à chaque « coupure » de plaques.

Parfois, certaines personnes comblent les interstices avec de l’enduit, mais sans bande à joint…ce qui constitue une erreur !

En effet, le placo se constitue de deux feuille de « papier » qui prennent en sandwich une couche de plâtre.

Or, le joint vise à recréer le même « complexe » (plâtre + papier)…Et sans joints, vous constaterez l’apparition de fissures au moindre écart de température.

Avant de faire les joints de placo…

Mieux vaut faire les joints avec des bords amincis !

En effet, les bords amincis ont un petit dénivelé qui permet d’installer l’ensemble « bande + enduit » sans risque de surépaisseur !

Rappelons la règle de « base » qui est de ne pas laisser de « surépaisseur » qui soit supérieure à 1 mm.

Maintenant que nous avons introduit l’utilité des joints de placo, nous allons expliquer comment faire des joints de placo.

Comment faire des joints de placo ? Le pas à pas détaillé !

Les joints de placo sont réalisée en posant une bande en sandwich, avec :

  • Une couche de colle ;
  • La bande à placo ;
  • Une deuxième couche de colle ;

Plus spécifiquement, la pose des joints de placo s’effectue de la façon suivante :

#1 : appliquer une première couche de colle

On met une première couche de colle plus large que la bande de placo (de l’ordre de ~8cm vs. 4 cm), de façon a ce que la bande soit bien encollée.

Pour étaler le mortier colle, on utilise un couteau cranté ou un couteau américain.

#2 : pose de la bande de placo

On pose la bande de placo, tout en veillant à respecter son « sens » de pose.

En effet, la bande est « pré-pliée » : il convient de mettre le côté « bombé » sur le mur, et le coté incurvé vers l’extérieur.

La bande est appliquée à la main, puis ensuite elle est serrée avec un couteau américain qui fait 1-2 cm de plus que la bande.

On commence par serrer la partie haute de la bande, avant de redescendre. Tout au long du processus, on appuie bien sur la bande, on glisse la lame très fort.

Vous constaterez que le surplus de colle s’éjecte de chaque coté de la bande. Dès lors, on purgera de haut en bas l’excès de colle.

Le surplus peut être raclé avec un racloir de 20 ou un couteau américain.

Commentaire : la bande peut s’arrêter 5 cm au-dessus du sol sachant qu’on met une plinthe par la suite (idem pour le plafond i.e. elle peut s’arrêter avant)

#3 : pose d’une deuxième couche de colle

A présent, il s’agit de mettre une deuxième couche de colle sur la bande à joint, pour qu’elle soit en sandwich.

L’opération prend des allures de talochage de maçon, a cela prêt qu’à la place d’une truelle, on utilise un couteau américain.

La bande à joint est enduite de haut en bas, en serrant bien le mortier.

Commentaire : une fois qu’on a raclé jusqu’à la moitié de la cloison, il arrive qu’il y ait un endroit ou on ait laissé moins de colle. Il s’agit alors de compléter en colle, avant d’enlever les éventuelles bavures.

Le travail est presque terminé !

#4 : réalisation d’une nouvelle passe

On attend un peu (ex : le lendemain) pour gratter un peu.

Puis on applique une deuxième couche de colle et on racle jusqu’à ne plus « voir » la bande.

Au besoin, on peut passer un coup de ponceuse, même si « en théorie » on devrait pouvoir s’en passer !

Publier un commentaire!