Prix et pose d’un carrelage de salle de bain

Le carrelage est très populaire dans de multiples pièces, dont la salle de bains. Découvrez comment poser un carrelage de salle de bains, grâce à des conseils de carreleur. Et obtenez le prix du carrelage de votre prochaine salle de bains !

pose carrelage salle de bain

Prix du carrelage de salle de bains

Le prix d’un carrelage de salle de bains s’étend de 40 à 100 € du m², voire parfois plus, en incluant l’achat des carreaux et les frais d’installation.

Voici les fourchettes tarifaires qui se pratiquent dans ce domaine :

Postes de dépense

Prix

en fourniture

en pose*

Les travaux préalables

Dépose de revêtement (carrelage et faïence)

20 à 30 € par m²

Ragréage**

autour de 1 € le m² 

20 à 25 € le m²

Chape de carreleur

   

Les travaux de pose de carrelage et faïence

grès cérame

20 à 90 € le m²

35 à 50 € le m²

 

carreau de ciment

50 à 150 € le m²

50 à 70 € le m²

 

pierre naturelle (marbre, travertin)

– marbre : 20 à 150 € le m² 

– travertin : 20 à plus de 70 € le m²

– marbre : 20 à 50 € le m²

– travertin : 25 à 50 € le m²

 

faïence

15 à 120 € le m²

35 à 50 € le m²

 

mosaïque

10 à 200 € le m²

40 à 70 € le m²

 

terre cuite

30 à 70 € le m²

20 à 50 € le m²

Les éléments annexes

plinthe

5 à plus de 25 € le ml

10 à 20 € le ml

* C’est le prix facturé par le carreleur pour poser le carrelage de la salle de bains. Ce prix inclut la main d’œuvre, la colle et les joints.

** Pour couvrir une salle de bains « standard » (ex : 5 m²) l’artisan met environ 1 heure. Les produits de ragréage sont très simples à utiliser puisqu’ils sont auto lissants.

Les différents carrelages de salle de bains

Il existe, donc, un large panel de carrelages, que ce soit pour le sol ou pour les murs, compatible avec l’ambiance d’une salle de bains. En voici une présentation pour vous permettre de mieux cerner ce sujet.

Présentation des différents carrelages et faïences

grès cérame

– compatible pour une pose au sol et au mur

– très résistant

– propose de nombreux styles, que ce soit en couleurs et en motifs, y compris des imitations béton, pierre naturelle, bois…

carreau de ciment

– propose un style rétro très apprécié, notamment lorsqu’ils sont utilisés dans un esprit “patchwork”

– existe dans des dimensions de 10 x 10 cm à 40 x 40 cm

– propose de nombreux styles, que ce soit en couleurs et en motifs

– poreux, ce carrelage requiert un traitement hydrofuge  

pierre naturelle

– matériaux nobles : marbre, travertin…

– offre de belles variations de teintes et de sublimes effets de texture

– compatible pour une pose au sol et au mur

– dispose d’une excellente durée de vie si elle est correctement entretenue

– poreux, ce carrelage requiert un traitement hydrofuge

– vaste panel de marbres 

– un style raffiné, élégant

– propose de nombreux styles, que ce soit en couleurs, en nuances et veinures

– propose de nombreuses finitions (mosaïque, rustique, terne, polie)

– résiste parfaitement à l’humidité, aux rayures, aux chocs

– risque de glissance au contact de l’eau : possibilité de réaliser une finition non polie ou d’opter pour une couche antidérapante

– style élégant, authentique et naturel 

– propose de nombreux styles, que ce soit en couleurs et en rendus (poli, brossé, vieilli)

– très résistant

– possibilité d’une finition antidérapante

faïence

– réservée à une pose murale

– propose de nombreux styles, que ce soit en couleurs et en motifs, mais aussi en finitions (mat, brillant…)

– se présente dans un vaste panel de dimensions

mosaïque

– se décline en différents matériaux ou en un mix de ces derniers : grès, pâte de verre, pierre naturelle

– propose un grand nombre de styles (dimensions, teintes, motifs, formes…)

– personnalisation extrême pour créer une frise, une crédence ou un mur pour la douche

terre cuite

– matériau créé sur la base de sable et d’argile

– les carreaux peuvent être utilisés bruts (rugueux et irréguliers) ou émaillés (pour un aspect lisse)

– très solide

– poreux, ce carrelage requiert un traitement hydrofuge

– propose des teintes jaune, rouge ou ocre et des rendus mats ou brillants

Comment choisir un carrelage ? 

Le carrelage est un revêtement apprécié dans la salle de bains, puisqu’il résiste à l’eau et se nettoie facilement. Mais comment choisir le carrelage qui saura faire de votre pièce un endroit qui vous ressemble tout en étant agréable ?

Le choix du matériau

Le choix du carrelage sera non seulement fonction des goûts et des budgets, mais également selon que ce dernier sera destiné au sol ou aux murs. Vous pourrez également faire le choix de mixer les options, par exemple avec un mur en partie recouvert de faïence et peint pour l’autre partie.

Dans tous les cas, certaines règles sont à observer pour un résultat agréable et confortable :

  • dans une salle de bains de moins de 5 m², il sera notamment conseillé :
    • d’opter, au niveau des murs, de carreaux fins ou de ne pas en prévoir sur toute la surface murale
    • de donner de la profondeur en associant une faïence simple et unie à un listel en mosaïque ou un rang de carreaux d’une autre teinte ou d’une autre dimension par exemple
  • l’aspect esthétique est un autre critère de choix :
    • pour un style simple, dans un esprit campagne, le carrelage naturel en finition mate ou satinée sera idéal
    • pour un style plus design, des carreaux à la finition brillante sera du plus bel effet

Dans tous les cas, il faudra penser à réaliser un calepinage avant de poser vos carreaux. Cela permet de déterminer les quantités qui vous sont nécessaires mais aussi de vous créer un aperçu assez fidèle du résultat final.

Le choix de la teinte

pose carrelageSélectionner une teinte adaptée à la salle de bains est un autre point à avoir en tête. En effet, cette pièce est censée être un espace d’hygiène, certes, mais aussi de détente. 

Dans la majeure partie des cas, mais plus encore si cette salle de bains offre un petit volume, il faudra éviter des carrelages foncés sur les murs et privilégier les teintes claires

Les tonalités plus sombres permettent de donner de la perspective.

Ensuite, il faudra également penser à la couleur du joint de carrelage qui devra être en harmonie.

La possibilité des imitations 

Et si vous aviez envie de parquet ou de béton ciré, mais que votre budget ne vous le permet pas ou que l’entretien associé vous dissuade, sachez que le carrelage est le roi des caméléons.

Ainsi, vous pouvez tout à fait vous tourner vers des modèles imitant ces matériaux que vous aimez tant tout en conservant les avantages indéniables du carrelage.

L’importance d’un carrelage antidérapant

Quel que soit votre choix, vous devrez, pour votre carrelage au sol, vous préoccuper de la glissance. Il n’est pas question de risquer la chute qui est clairement multipliée sur un carrelage de salle de bains mouillé que vous foulez nus pieds. 

Dès lors, s’orienter vers un modèle de carrelage antidérapant sera judicieux. 

Pour opter pour le bon carrelage, vous pouvez vous appuyer sur une donnée, que les fournisseurs doivent tenir à votre disposition, à savoir la lettre A, B ou C. Elle indique la performance antidérapante du carrelage sachant que la meilleure note est le C. En règle générale, il faudra à minima opter pour un carrelage associé à la lettre B.

Quelles alternatives au carrelage 

Si le carrelage ne satisfait pas à vos attentes, vous pouvez trouver des alternatives variées.

Support

Alternatives possibles

pour le sol

les sols PVC

le parquet

le béton ciré

les sols en résine

pour le mur

la peinture

le lambris (bois ou PVC)

le papier peint

le béton ciré

Pose d’un carrelage de salle de bains

Moins facile à poser qu’un sol en pvc, voyons comment se pose le carrelage de salle de bains, que ce soit un carrelage au sol ou un carrelage mural.

Les différentes techniques de pose

Tout d’abord, il existe 3 types de pose pour le carrelage. Des techniques qui permettent d’obtenir des rendus totalement différents.

Type de pose

Rendu

La pose droite

C’est la version la plus simple et la plus courante de pose de carrelage.

Les carreaux utilisés affichent tous les mêmes dimensions.

Ils sont posés perpendiculairement à un mur, de façon rectiligne.

La pose en diagonale

Un peu plus élaborée, cette pose permet de donner une impression de plus grand volume à la pièce.

Les carreaux sont posés le long d’une des diagonales de la salle de bains.

Ils sont posés à angle droit.

La pose en quinconce, en chevron ou en décalé

Les carreaux sont, cette fois, posés selon un calepinage plus complexe qui offre un véritable style à votre pièce.

La pose d’un carrelage au sol

De nos jours, il est fréquent de coller les carrelages au-dessus des anciens revêtements. Toutefois, plusieurs facteurs doivent être vérifiés :

Une fois les étapes validées, on procède comme suit :

  • pose carrelage sol
  • Si besoin, on réalise un ragréage pour aplanir le sol, voire une chape si nécessaire ;
  • Au milieu de la pièce, on fait une croix ;
  • On réalise une « pose à blanc » avec un rang, pour voir les découpes (cf. « pose à blanc ») ;
  • On encolle les carreaux. L’écartement est maintenu avec des croisillons. On veillera à ce que le carrelage soit bien d’équerre ;
  • On réalise les joints (cf. partie « joints »).

La pose à blanc :

La pose à blanc consiste à prendre un carreau, puis à reporter ses dimensions sur le sol.

  • Ex : on part d’une extrémité, puis on réalise un trait à la dimension du carreau, et ainsi de suite, jusqu’au mur suivant.

Cette « pose à blanc » vise à déterminer les travaux de découpe qui devront être entrepris tout en sachant qu’on essaiera de faire les mêmes découpes de chaque côté pour des questions d’homogénéité (ex : une découpe à 25 de chaque côté…).

La pose d’une faïence dans une salle de bains

Pour la pose de faïence, voici comment procéder :

  • pose faience murale
  • Si le mur comporte déjà de la faïence, le plus simple est de coller un placo hydrofuge (ça rajoutera une petite épaisseur de ~15-16 mm avec la colle). Il n’est pas recommandé de coller la faïence sur un ancien carrelage, puisqu’elle demande un très bel état de surface pour être de niveau…
  • On réalise un premier rang à blanc suivant le même principe que le carrelage au sol. Autrement dit, on prend un carreau puis on reporte ses dimensions sur le mur (au crayon) sur toute la hauteur/largeur pour estimer les travaux de découpe ;
  • On encolle les carreaux : en commençant par le sol, puis en remontant sur les murs ;
  • Bien partir de niveau, surtout avec la faïence ! Ça se joue au millimètre près !

Astuce : mieux vaut réaliser les découpes en bas et laisser les carreaux du haut « entier ». En effet, on a toujours tendance à regarder vers le haut… donc c’est plus joli !

En bas de mur, il faudra aussi penser à poser des plinthes. Ce sont elles qui terminent l’habillage de la pièce. La plinthe peut être en bois, en PVC ou en carrelage.

Le joint de carrelage

Pour les joints de carrelage, on commence par enlever les croisillons, très doucement pour ne pas les casser. Ensuite, on applique les joints avec une raclette à joint (sorte de taloche à joint).

Cette application est réalisée en partant du haut et en allant vers le bas.

Le timing : la colle sèche très vite… selon la colle que l’on prend. En général, vous pouvez attendre le lendemain pour enlever les croisillons, et appliquer les joints.

Dans le cas d’une douche à l’italienne, il sera possible de carreler l’intégralité de la pièce, au sol comme sur les murs, avec le même carrelage ou de créer une zone différente, matérialisant cet espace privilégié.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.