Prix de remise en état d’un mur après un dégât des eaux et de sa peinture

Après constat d’un dégât flagrant des eaux sur les murs, il convient d’y remédier pour conférer plus de confort à sa maison. Cela inclut des travaux de remise en état, ainsi que de la peinture. Découvrez quelques éléments utiles pour pouvoir estimer le prix de remise en état dans ce cas.

Plafond d'une couleur différente du mur

Budget récapitulatif

Intervention de remise en état du mur humide

Prix

Nettoyage

30 à 80 € / m²

Assèchement des murs

18 à 40 € / m²

Dépose de toile à peindre ou de papier peint

5 à 10 euros / m²

Hydrofugation

10 à 50 € / m2

Application de produits anti-humidité et anti-moisissures

7 à 15 € / m² hors prix du produit

Pose de toile à peindre (Main d’œuvre)

12 et 22 € / m²

Peinture de la toile à peindre

22 à 32 € / m²

Prix de pose de Placoplatre

15 à 20 € / m² pour une nouvelle application et 50 à 90 €/ m² pour remplacement

Remise en état du réseau électrique

100 à 250 € /m²

Eléments

Prix

Toile à peindre classique

1 à 9 € / m²

Toile à peindre personnalisée

8 à 11 € / m2

Colle spéciale toile à peindre

15 à 25 €/ pot de 5 kg

Peinture anti-humidité

entre 15 et 35 € / L

Peinture classique

5 à 12 € / L

Peinture pour salle de bains/cuisine

8 à 15 € / L

La recherche de fuite

Une fuite d’eau se définit via une trace d’humidité ou de moisissures sur les murs ou le sol. Il s’agit d’un fait qui pourrait causer des dommages si aucune action n’intervient pour y remédier. Le diagnostic d’une fuite d’eau est important pour éviter de gaspiller de l’eau et à long terme. D’autant plus qu’un dégât des eaux non réparé peut engendrer des problèmes sur le long-terme.

Pour identifier l’origine de la fuite d’eau, il faut procéder à la vérification de la consommation d’eau pendant un temps déterminé en vérifiant, par exemple, si le compteur d’eau tourne pendant la nuit.
Il est aussi possible de s’assurer qu’aucune trace sombre ne marque les surfaces de la maison, que ce soit les murs ou le sol.

Recherche de la source de la fuite d’eau visible

Le signe le plus révélateur s’avère être les traces d’humidité en surface (mur ou sol). La source se trouve dans les alentours de cette partie endommagée, mais afin de pouvoir limiter les altérations et les réparer, il faut déterminer l’endroit précis.

A titre d’exemple, il est possible de prendre un tissu sec en microfibre, ou à défaut une feuille d’essuie-tout ou du papier hygiénique. Ensuite, il faut mettre le papier autour de la conduite et attendre quelques instants. Etant à la fois fin et absorbant, ce type de papier pourra capter immédiatement la moindre goutte d’eau pour détecter la source de la fuite, dans la mesure où une tache apparaîtra sur le papier. 

En cas de fuite visible, il est possible de faire glisser le doigt en amont de la conduite pour trouver la partie percée grâce à l’arrêt des gouttes d’eau. Une fois repéré, l’endroit peut être marqué au feutre.

L’eau savonneuse peut aider à trouver la source de fuite sur une conduite d’eau. Pour ce faire, il suffit d’en enduire la longueur de la canalisation et l’apparition d’une bulle permettra de dénicher le trou dans le tuyau.

Recherche de la fuite d’eau cachée

Pour trouver la source d’une fuite d’eau cachée, il faut utiliser des matériels adéquats. Cela peut être un micro, qui servira pour enregistrer le bruit le long des tuyaux de manière à trouver la source de fuite cachée.
Une caméra thermique est aussi efficace pour repérer rapidement du début de la fuite dans les tuyaux.

Enfin, le gaz traceur peut aussi aider dans la mesure où il s’échappe du tuyau pour atteindre la fuite. 
La recherche de fuite peut être très complexe car la fuite d’eau peut venir de plusieurs sources, d’une fissure en façade, d’un joint, d’un conduit d’eau, d’un voisin d’au-dessus, des joints d’une fenêtre, monter depuis le sol, s’écouler quasiment horizontalement dans le mur…

Faire sécher les murs 

Il n’est pas possible d’avoir un résultat optimal si les murs sont imbibés d’eau ou continuent à être humides. Le temps de séchage peut être long selon la nature d’imprégnation. Il peut arriver que l’eau mette jusqu’à 6 mois à s’évacuer.

Repeindre des murs humides, quels sont les risques?

  • détérioration du plâtre
  • non adhérence de la peinture
  • dégradation de divers matériaux et revêtements comme le papier peint 
  • prolifération des champignons ou moisissures
  • fissures et écaillement de la peinture

Il faut ainsi s’armer de patience pour attendre le séchage complet du support, sans quoi vous risquez de dépenser de l’argent et du temps inutilement. Toutefois, il existe des solutions pour accélérer le temps de séchage des murs. 

Les solutions pour faire sécher les murs

  • utilisation d’un radiateur de chantier : cet appareil permet d’augmenter l’évaporation dans la pièce humide. Il faut adapter le radiateur en fonction des volumes des murs à traiter. Pour le séchage des murs, vous pourrez opter pour un radiateur électrique d’une puissance entre 1500 W et 3000 W. Il est déconseillé d’utiliser un radiateur au fuel, car il produit de l’humidité et est très polluant.

  • amélioration de la ventilation : il est nécessaire de bien ventiler la pièce dont les murs ont subi des dégâts des eaux. Lorsqu’une pièce humide, le premier réflexe est de laisser les fenêtres constamment ouvertes quand il fait beau dehors. Cependant, il faut également maintenir une température ambiante chaude pour favoriser le séchage. Pour ce faire, pensez à alterner les périodes d’aération naturelle et de chauffage.

  • enlèvement de la toile à peindre : pour un séchage plus rapide, il s’avère nécessaire de retirer la toile à peindre, car cet élément peut favoriser la rétention de l’eau. Selon la nature du support, vous pouvez l’arracher tout simplement à l’aide d’un cutter ou la décoller avec un produit spécifique.

  • décapage de la peinture ou décollage du papier peint : ces types d’intervention  permettent aussi de réduire le temps de séchage.

  • hydrofugation : cette méthode consiste à appliquer une couche de protection transparente et imperméable appelée « hydrofuge » sur les murs afin de repousser et d’empêcher le dépôt d’humidité. Grâce à ce traitement, les murs deviendront imperméables mais continueront à respirer. Ainsi, l’humidité peut s’évaporer.

Bon à savoir : Il est à éviter de chauffer directement les murs humides, car cela favorise un risque de fissures dans les murs. En plus, le chauffage ne sèche que la surface. Et lorsque la surface est trop sèche, l’humidité en profondeur a plus de mal à s’évacuer. Par la suite, il est probable que l’humidité enfermée peut réapparaître à n’importe quel moment.

Comment s’assurer qu’il n’y a plus de fuite d’eau dans le mur ? 

Après les travaux de réparation de fuite d’eau, il est toujours nécessaire de bien contrôler si la fuite d’eau existe encore ou non. La négligence de cette étape essentielle peut générer à nouveau de dégâts des eaux et vous coûter cher. Aussi, après une forte pluie ou après une forte utilisation des sources d’arrivée et de sortie d’eau adjacentes, il est toujours important de procéder à un contrôle afin de prendre si nécessaire les mesures qui s’imposent. 

Une solution adéquate pour un contrôle fiable et rapide 

Pour la fiabilité de ce contrôle, mieux vaut faire appel à un spécialiste en la matière. Il utilise généralement un détecteur d’humidité pour venir à bout de la suspicion de l’humidité. Cet appareil spécifique sert à évaluer et à mesurer l’humidité des murs, du sol ou autre. Il permet aussi d’identifier une fuite d’eau sans besoin de gros travaux de destruction. Avec ce dispositif électronique, vous aurez des résultats rapides. A savoir que le professionnel engagé pourra utiliser une autre méthode que le détecteur d’humidité si cela est nécessaire.

Comment utiliser un détecteur d’humidité?

Détecteur d’humidité

Cet équipement est doté d’une à plusieurs sondes à enfoncer dans le mur ou autre matériau à contrôler pour mesurer avec précision le pourcentage d’eau renfermée dans le support. Une fois les sondes bien installées, il est possible de lire de suite les données affichées en chiffre sur l’écran LCD, avec l’aiguille ou à diode,  selon les modèles. L’appareil peut être alimenté à l’aide d’une pile et d’une batterie rechargeable.
Il faut absolument acheter un détecteur d’humidité donnant le taux d’humidité du mur, et éviter le détecteur d’humidité ne faisant qu’un son en présence d’humidité.

L’idéal est de noter sur le mur l’évolution du taux d’humidité régulièrement pour voir si celle-ci évolue dans le bon sens.

Prix de remise en état du mur 

Ce tarif varie selon le plombier engagé et la charge des travaux à faire. L’intervention porte généralement sur les points suivants :

  • nettoyage : ce travail consiste à brosser et nettoyer la surface dégradée. Il faut aussi éliminer les moisissures et mousses si nécessaire. Si la surface est recouverte de salpêtre, il est nécessaire de la traiter avec un traitement anti-salpêtre.
  • assèchement des murs : en cas d’humidité légère, le processus de séchage à l’air naturel s’avère suffisant pour faire sécher les murs. Ainsi, les fenêtres doivent toujours être ouvertes. Pensez à déplacer les meubles, si possible, pour que l’air puisse circuler correctement dans la pièce. En revanche, en cas d’humidité profonde, l’intervention d’un professionnel est nécessaire, car il dispose tout le savoir-faire et le matériel nécessaire pour venir à bout de ce problème.
  • application de durcisseur : cette étape est nécessaire si le mur est devenu friable ou farineux après l’humidité prolongé. Cela consiste à appliquer une couche épaisse de durcisseur, à l’aide d’un pinceau ou d’un rouleau, sur la surface abîmée.
  • application de produits anti-humidité et anti-moisissures : ces produits sont destinés à empêcher ou à limiter la prolifération des moisissures et des champignons, mais aussi à protéger les surfaces à traiter contre l’humidité. Il est important de respecter le temps de séchage de 2 à 5 heures avant de procéder à l’application de la finition finale.

Pour optimiser les coûts, il est préférable d’opter pour la pose d’une toile à peindre, dans la mesure où cette option permet d’éviter d’avoir un mur totalement parfait. Découvrez à travers cet article les prix indicatifs pour la remise en état du mur après dégâts des eaux.
Il existe aussi une solution plus pratique, il s’agit de la mise en place d’une plaque de Placoplatre, dont le prix coûte entre
50 et 90 € par mètre carré pour un remplacement, contre 15 à 20 € par mètre carré pour une intervention sur les murs neufs.  

Voici les prix de remise en état des murs en fonction des travaux et de peinture, après dégât des eaux.

Type de travaux

Prix moyen au m²

Nettoyage

30 à 80 € / m²

Assèchement des murs

18 à 40 € / m²

Application de produits anti-humidité et anti-moisissures

7 à 15 € / m² hors prix du produit

Peinture (fourniture et main d’œuvre)

25 à 40 € / m2

Prix de pose de toile à peindre (main d’œuvre)

12 à 22 € / m²

Prix de pose de Placoplatre (fourniture et main d’œuvre)

15 à 20 € / m² pour une nouvelle application et 50 à 90 € pour remplacement

Il est à noter qu’il est possible de faire intervenir l’assurance pour procéder à la remise en état du mur après dégâts des eaux. Cela est valable pour toute souscription à une assurance habitation multirisques, dans la mesure où la déclaration des dégâts est effectuée sous 5 jours après l’incident.
L’assurance peut prendre tout ou partie des travaux en charges, tout en vous laissant réaliser ces travaux par l’artisan de votre choix.

Prix de pose toile à peindre 

Une fois les murs sont totalement secs et les travaux de préparation du support réalisés, on peut commencer les travaux de peinture. Deux possibilités s’offrent à vous si vous souhaitez remettre à neuf vos murs, soit faire poser directement la peinture sans toile à peindre, soit faire poser une toile à peindre puis passer des couches de peinture dessus. Ces quelques détails vous permettent de déterminer l’option qui vous convient le mieux.

La peinture sans toile à peindre

Peinture d'un mur en couleur
Peinture d’un mur en couleur

Pour estimer le coût de peinture des murs ayant subi un dégât des eaux, quelques paramètres doivent être pris en considération :

  • le nombre de couches : dans le cas d’un après dégât des eaux, la pose de différences couches de peinture sont indispensables pour assurer un meilleur résultat et une bonne protection. Pour commencer, il est nécessaire d’appliquer une couche d’apprêt adaptée au support puis une peinture anti-humidité. Après cette couche préliminaire, il faudra au moins appliquer deux couches de peinture de finition pour recouvrir parfaitement le mur endommagé. Le nombre de couche nécessaire a ainsi un impact sur le budget des travaux de peinture.

  • le type de peinture : le choix du type de peinture est primordial car il conditionne la bonne finition et le rendu durable. Ce choix détermine aussi le nombre de couches à appliquer. Il est donc recommandé de privilégier une peinture résistante au fort pouvoir couvrant comme la peinture glycéro. Toutefois, d’autres peintures comme le vinyle et le polyuréthane sont également compatibles à ce type de rénovation.

  • Le type surface à peindre : si votre plafond a été endommagé par un dégât des eaux, sachez que les prix pour peindre un mur et peindre un plafond ne sont pas les mêmes. En effet, peindre un plafond est plus difficile et fatigant que peindre un mur. Il s’agit logiquement de travaux plus onéreux.

Par conséquent, il faut compter en moyenne entre 25 et 40 € / m² pour repeindre vos murs après la fuite d’eau. Généralement, ces prix comprennent le coût de la fourniture et le prix de main d’œuvre. Pour le tarif de peinture du plafond, le prix est de 35 € à 50 € / m², soit 10 euros de plus que pour peindre un mur.

Le coût de pose d’une toile à peindre + peinture

Pose d'une toile de verre
Pose d’une toile de verre

Revêtement mural faisant partie des papiers peints, le prix de pose toile à peindre varie en fonction du cadre de travaux de rénovation à couvrir. Il faudra donc garder l’œil sur ces points suivants :

  • La texture et la résistance : ces éléments doivent être pris en compte pour que les imperfections sur les murs puissent être bien camouflées, mais surtout protégées d’éventuels nouveaux dégâts des eaux. Parmi les différentes textures, une toile lisse confère un rendu classique permettant de recouvrir toutes les irrégularités sans aucune trace, tandis qu’un rendu personnalisé résulte des toiles à motifs. La bonne toile à peindre est imputrescible, et ne se dégrade pas au fil du temps, tout en s’adaptant à tout type de matériau, que ce soit plâtre, béton, bois ou autres. L’utilisation de ce type de matériau contribue à réduire les coûts de rénovation, et mieux encore de renforcer les murs. Elle offre également isolation thermique et phonique.

  • Les particularités : le prix d’une pose de toile à peindre varie en fonction des particularités, pour ne citer que la résistance, la longévité, ou les matériaux basés sur des fibres naturelles, mais aussi selon son grammage, texture et marque. Effectivement, le grammage ou la densité de ce type de toile influe sur son épaisseur et sa solidité, ainsi que son pouvoir couvrant. Il varie de 35 à 300 grammes par mètre carré, et plus il est épais et solide, plus son prix augmente à l’achat et à la pose.

  • Les frais annexes : la pose d’une toile à peindre implique des frais annexes tels que l’achat d’une colle spéciale pour toile à peindre et l’achat d’une peinture de toile à peindre. Pour peindre ce type de revêtement, la peinture acrylique est à privilégier afin de préserver la qualité du matériau. A noter que la peinture glycéro contient des solvants qui pourraient endommager le revêtement. Si on choisit une toile à peindre classique, une application de deux couches de peinture est recommandée. Toutefois, cela dépend de la couleur de la peinture. En revanche, dans le cas d’un modèle pré-peinte, une seule couche de peinture adaptée permet d’obtenir un bon recouvrement du support.

Elément

Prix TTC

Prix de toile à peindre classique

1 à 9 € / m²

Prix de colle spéciale

15 à 25 €/ pot de 5 kg

Prix de pose de toile à peindre (hors fourniture)

12 à 22 € / m²

Prix de pose de peinture toile à peindre

20 à 30 € / m2

Prix pour repeindre 

Comme susmentionné précédemment, nombreux types de peinture sont compatibles avec un mur réparé suite à un dégât des eaux, du glycéro au vynile. Il est également possible d’utiliser de la peinture anti-humidité si le mur continue à être humide. Ce type de peinture est composé de résine acrylique pour que l’habitation soit protégée des attaques de l’humidité, entre autres la condensation et la vapeur d’eau. La peinture anti-humidité servira à remédier aux problèmes d’humidité superficiels, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Pour l’application de la peinture anti-humidité, l’utilisation de la brosse ou du rouleau est possible sur tous les supports, que ce soit enduit, brique, béton, ciment, et ce, qu’ils soient neufs, anciens, secs ou humides. De plus, cette peinture est totalement étanche sur les murs modérément humides, tout en pouvant être blanche ou colorée. Mieux encore, la peinture sèche facilement en deux heures, tout en étant lessivable et recouvrable avec de la peinture, du carrelage ou encore du papier peint quelques jours après application. D’autant plus qu’elle contribue à masquer tâches et auréoles sur les murs.

Le prix de la peinture anti-humidité coûte environ 15 et 35 € par litre, avec une capacité de couverture de 5 à 10 m² de surface par litre. Quant aux prix d’application, le coût s’élève entre 20 à 30 € par m² sur les murs. 

Prix de la remise en état du réseau électrique

Après un dégât des eaux ayant impacté sur l’état des murs, il est important de prévoir la vérification, voire même la rénovation du réseau électrique. Cela résulte du fait qu’après l’infiltration des eaux à travers les murs, cette installation peut avoir été endommagée. En l’occurrence, la remise en état du réseau électrique peut varier de 80 à 250 € TTC/m², en fonction de la surface à traiter, de l’état de l’installation, de la présence d’un système de chauffage électrique, ainsi que de la complexité des travaux à effectuer.

Ainsi, une rénovation partielle du réseau électrique, incluant la mise en sécurité de l’installation peut coûter entre 80 et 140 € par mètre carré. Les travaux inclus dans ce prix comprennent le diagnostic de l’installation électrique, éventuellement le changement de quelques câbles, prises et interrupteurs, le remplacement du tableau électrique, ainsi que la mise à terre.

Quant à une rénovation complète, chauffage électrique exclu, elle peut coûter entre 130 et 180 € le mètre carré. Les travaux inclus dans ce tarif sont le diagnostic de l’installation électrique, le changement des câbles, fils, prises, interrupteurs et boîtiers DCL, le remplacement du tableau électrique, et la mise en conformité du réseau électrique.

Enfin, pour la rénovation complète avec remplacement du chauffage électrique, le tarif varie entre 180 et 250 € par mètre carré. Ce forfait inclut le diagnostic de l’installation électrique, le remplacement du tableau électrique, le remplacement des radiateurs électriques, le changement des câbles, fils, prises, interrupteurs et boîtiers DCL, ainsi que la mise en conformité du réseau électrique.

La prise en charge par les assurances 

Une maison bénéficiant d’une assurance habitation, avec un contrat multirisque habitation (MRH) bénéficie d’une couverture systématique contre le dégât des eaux. Ce contrat est obligatoire pour une maison en location, et facultatif pour les propriétaires occupant eux-mêmes leur logement.

a/ Quand déclarer ?

Après un sinistre de dégât d’eau, il faut rapidement le déclarer auprès de son assureur. Pour ce faire, il faut en premier lieu identifier la source de fuite, puis couper l’arrivée d’eau de manière à éviter plus de dégâts. Ensuite, dans les 5 jours ouvrés suivant la constatation des dégâts, il faut procéder à la déclaration de sinistre.

Dans le cas où la source du dégât se trouve dans la maison, et que celle-ci est la seule à en avoir subi les dommages, il suffit de faire une déclaration par téléphone ou par courrier auprès de l’assureur.
Si le dégât des eaux s’est étalé dans d’autres parties, chez des voisins ou copropriétaires, un constat à l’amiable devra être effectué.

b/ Le constat amiable

Le constat amiable concernant un dégât des eaux doit être effectué par chaque partie concernée, propriétaire, voisins ou copropriétaires. Ce formulaire doit être bien rempli avec toutes les informations clés concernant ces personnes. Il s’agit entre autres des noms et coordonnées de chaque partie, des références de contrat d’assurance habitation, des coordonnées des organismes d’assurance, des circonstances du sinistre, ainsi que des causes présumées de l’incident.

Une fois rempli et signé, toutes les parties impliquées doivent prendre un volet du constat amiable du dégât des eaux, et l’envoyer auprès de son assureur et au gestionnaire de la copropriété.
c/ Quelle assurance rembourse ?

Proposée dans les contrats d’assurance d’habitation, l’assurance couvre le sinistre de dégât des eaux après les démarches requises dans ce contexte. Effectivement, ce type de contrat couvre les dommages survenant dans le logement ou les biens, notamment quand ils sont provoqués par des fuites d’eau, des ruptures ou débordements de systèmes de conduits ou canalisations, gouttières, baignoires, lave-linge, robinets ou lave-vaisselle.

Outre cela, l’assurance couvre également les dégâts issus des infiltrations d’eau via les toitures, les terrasses, les carrelages, le parquet flottant, les pourtours d’installations sanitaires, ou encore les joints d’étanchéité.

d/Que faire si la fuite vient d’un appartement voisin ?

Dans le cas où les dégâts surviennent dans le logement d’un voisin, soit un locataire ou copropriétaire, la victime effectuera la démarche de déclaration de sinistre auprès de l’assureur puis au copropriétaire. L’assureur de la victime se chargera d’indemniser son client, pour réclamer la somme ensuite à l’assureur du responsable du sinistre.

Dans le cas où le voisin est absent, ou si jamais, il est propriétaire de son propre logement, donc exclu de l’obligation d’assurance habitation multirisque, la personne responsable se chargera du remboursement des dégâts, que ce soit mobiliers ou immobiliers.

Dans tous les cas, la garantie dégât des eaux prend uniquement en charge les éléments inclus dans le contrat.