Prix et pose de l’ardoise

La toiture en ardoise est caractéristique de certaines régions. Identifiable par sa couleur grise, l’ardoise est une roche plate qui embellit naturellement la toiture. Découvrez le prix, les points forts et faibles de ce matériau puis repartez avec un devis de couverture pour installer ou rénover un toit en ardoise.

Prix de l’ardoise au m²

L’ardoise coûte entre 50 et 150 € du m².

Il faut savoir que ce prix est fonction de différents critères tels que :

  • la nature de l’ardoise utilisée ;
  • le type de pose choisi ;
  • la quantité d’ardoises nécessaire au m².

Tout en sachant qu’on distingue deux types d’ardoise : les ardoises naturelles et les ardoises synthétiques.

Type d’ardoise

Prix (€/m²)

Naturelle

50 à 150 €

Synthétique

50 à 80 €

Bac acier imitation ardoise

50 à 70 €

Prix d’un couvreur pour une couverture en ardoise

Pour installer une couverture en ardoise, un couvreur facture en moyenne entre 60 et 100 € du m² (matériau + main d’œuvre).

Ce tarif est différent selon la pose :

  • pose au crochet : 50 à 80 € le m²
  • pose au clou : 90 à 110 € le m²

Ainsi, le prix d’une toiture en ardoise de 100 m² reviendrait entre 6 000 € et 10 000 €.

Maintenant que vous savez tout cela, vous pouvez vous lancer dans la réalisation de votre projet, à commencer par trouver la bonne entreprise de couverture !

Les entreprises de votre région chiffrent gratuitement vos travaux : n’hésitez pas à demander un devis !

L’ardoise: un matériau de couverture!

L’ardoise se présente sous la forme de petites plaques (généralement rectangulaires ou en ogive) de couleur gris foncé, qu’on utilise pour couvrir les toitures.

C’est une roche naturelle qui est appréciée pour :

  • ardoise pierre naturelleson imperméabilité : elle présente une faible porosité ;
  • sa beauté : elle embellit les toitures naturellement. D’ailleurs, certaines municipalités encouragent les toitures en ardoise en décernant des subventions ;
  • sa durabilité : elle a une durée de vie de plus de 50 ans !
  • son écologie : elle n’est pas effectuée à base de produits transformés.

Toutefois, l’ardoise ne fait pas toujours l’unanimité, puisqu’elle est lourde et qu’elle est environ 20% plus chère qu’une toiture en tuile.

Comme vu précédemment, il existe principalement 2 types d’ardoises dont voici une brève description.

L’ardoise naturelle

L’ardoise naturelle est une pierre feuilletée issue du schiste.

toiture ardoiseLa variabilité du prix s’explique par :

  • La provenance de l’ardoise (France, Espagne, Allemagne, Chine, …) ;
  • L’épaisseur de l’ardoise : elle varie entre 3 et 8 mm.

Pour ceux qui ont un budget réduit, il y a une alternative intéressante : l’ardoise synthétique.

L’ardoise synthétique

L’ardoise synthétique est moulée à partir de terre cuite ou de fibre-ciment, puis teintée pour ressembler à la vraie ardoise.

toiture ardoiseElle offre de nombreux atouts comparativement à l’ardoise naturelle, en particulier :

  • Elle est moins lourde, ce qui réduit le poids transmis à la charpente ;
  • Elle imite très bien la vraie ardoise ;
  • Elle est moins chère : c’est son atout principal !

Néanmoins, elle est moins authentique que sa consœur. Et elle présente une durabilité moindre que la vraie ardoise (après, sa longévité demeure très bonne…).

La solution alternative

Il peut exister une alternative intéressante à la toiture en ardoise. En effet, il existe maintenant des matériaux comme le bac acier. Cela se matérialise sous la forme de panneaux, de feuilles d’acier prenant la forme d’ardoises.

Nombreux sont les avantages de ce matériau qui est résistant, étanche, inoxydable, très léger et facile à mettre en place, dispose d’une longévité hors pair de plus de 100 ans et, de surcroît, ne nécessite aucun entretien particulier.

Caractéristiques techniques des ardoises

Les ardoises, qu’elles soient naturelles ou synthétiques disposent de caractéristiques techniques qui leurs sont propres. On peut alors citer parmi elles :

  • l’épaisseur : il faut savoir que de manière générale, plus la taille de l’ardoise est importante et plus l’épaisseur le sera aussi ;
  • le poids au m² ;
  • la taille et donc le nombre d’ardoises nécessaire au m² qui dépend principalement de :
    • l’inclinaison du toit ;
    • la projection horizontale ;
    • du recouvrement de l’ardoise.
  • la teinte ;
  • la durabilité.

Le tableau qui suit expose chacun des critères énoncés pour chaque type d’ardoise :

Caractéristiques

Ardoise naturelle

Ardoise synthétique

épaisseur

3.5 à 8 mm

environ 4 mm

poids au m²

25 à 70 kg par m²

15 à 20 kg par m²

nombre d’ardoise au m²

entre 40 et 50 ardoises par m² selon les dimensions de l’ardoise

entre 20 et 30 ardoises par m² selon les dimensions de l’ardoise

teinte

  • noir
  • gris (foncé + clair)
  • gris bleuté
  • noir, anthracite
  • gris (zinc, béton…)
  • brun (taupe, terre cuite…)

durée de vie

environ 100 ans

une trentaine d’années

Concernant le nombre d’ardoise au m², il est possible de calculer cette donnée à l’aide d’une formule.

Pour ce faire, il faut déterminer ce qui est appelé “le pureau”, ce qui correspond en réalité à la partie de l’ardoise qui est visible et qui est donc directement soumise aux intempéries.

Voici comment calculer cette valeur :

  • Pureau = (hauteur de l’ardoise – recouvrement) / 2

Lors, il sera possible de définir le nombre d’ardoises nécessaires pour couvrir 1 m² :

  • Ardoise par m² = 1 / [pureau x (largeur de l’ardoise + diamètre du crochet)]

Comment calculer la surface d’un toit?

Il se peut que lors de vos travaux de toiture, vous deviez calculer la surface de cette dernière, notamment afin de connaître la quantité de matériaux qu’il vous faudra vous procurer.

Ainsi, voici quelques calculs à effectuer afin de connaître cette valeur.

Dans un premier temps il faut déterminer la longueur de la pente du toit :

  • Longueur (en m) = √ (hauteur du pan² (en m) + largeur du toit²(en m))

Une fois cette valeur connue, il est possible de calculer la surface du pan :

  • Surface (m²) = largeur (en m) x longueur de la pente (en m)

Ce calcule donne la superficie pour un pan de la toiture. Il faudra le multiplier par 2 ou 4 selon le nombre de pans dont vous disposez afin d’obtenir la surface totale de votre toiture.

Par exemple, avec :

  • hauteur du pan = 5 m
  • largeur du toit = 12 m

On obtient :

Longueur de pente = (5² + 12²) = 13 m

Surface = 12 x 13 = 156 m²

Pour une toiture à 2 pans, la surface globale est donc de 156 x 2, soit 312 m².

Les différents techniques pour poser des ardoises

L’ardoise peut se poser par clouage, ou avec des crochets :

Pose de l’ardoise par clouage

Il s’agit de la méthode de pose traditionnelle. Dans cette configuration, les ardoises sont posées par clouage.

Elles sont fixées sur un platelage qui se compose de voliges. Cette méthode prend plus de temps que la pose avec des crochets.

Pose de l’ardoise avec des crochets

C’est la méthode la plus récente. Les tuiles sont crochetées sur des liteaux.

Fixation des ardoises avec crochets

Fixation des ardoises avec crochets

Dans tous les cas, c’est-à-dire que la pose soit clouée ou crochetée, les ardoises sont posées horizontalement, avec un recouvrement, en joint alterné.

Cette disposition est spécifiquement pensée pour éviter toute infiltration d’eau.

Après, que l’on parle de tuile ou d’ardoise, les travaux de couverture impliquent de travailler en hauteur.

De fait, il s’agit de travaux considérés « à risque », à moins de prendre les précautions nécessaires.

C’est pourquoi, certains préfèrent faire poser les ardoises par un couvreur professionnel.

Toutefois, cela implique des coûts supplémentaires liés à la mise en place de la toiture.

Les styles de pose d’ardoises

Opter pour une toiture en ardoises signifie aussi qu’il faudra choisir le type de pose de ces dernières. En effet, selon le style que l’on souhaite donner à un toit, il est possible de préférer un style de pose plutôt qu’un autre. Voici les différentes versions entre lesquelles il faudra faire un choix.

Technique de pose

Définition

standard en losange

Seulement adapté pour les ardoises carrées, naturelles comme synthétiques

peut se poser aux clous ou aux crochets

à claire-voie

ordinaire

Les ardoises ne sont pas jointes, un espace de l’ordre d’un tiers de la largeur d’une ardoise prend place entre chaque élément. De plus, les ardoises sont posées en quinconce. Cela nécessite donc un nombre moins important d’ardoises au m².

développée

Il s’agit d’une techniques combinant la pose à claire voie standard et celle à pureau développé.

à pureau

entier

Chaque ardoise recouvre de moitié l’ardoise du rang inférieur. Cela signifie que chaque ardoise dispose :

  • d’une partie visible = le pureau ;
  • d’une partie cachée sous l’ardoise présent au rang supérieur = le faux pureau ;
  • d’une partie entre les ardoises des 2 rangs du dessus = le recouvrement. 

développé

Dans cette configuration, le pureau représente les ⅔ de l’ardoise et le faux pureau ⅓. Les ardoises se superposent, chaque rang est donc doublé et est décalé d’une demie largeur par rapport au rang supérieur.

brouillée

Il s’agit d’une technique de pose qui requiert des ardoises de différentes largeurs qui seront posées de manière irrégulière. Cette pose est à privilégier si on souhaite une toiture de style ancien.

Penser à la ventilation

Une bonne ventilation de la toiture s’avère indispensable pour conserver et allonger la durée de vie des différents composants de la toiture. En effet, cette aération permet alors de limiter la vapeur d’eau, l’humidité et l’apparition de champignons et/ou moisissures.

Ainsi, différentes solutions s’offrent à vous pour la ventilation de votre couverture en ardoises. Voici les systèmes pour ventiler un toit :

  • les chatières : il s’agit en réalité de grilles d’aération qui permettent l’apport et la sortie d’air. Elles se mettent en place tous les 10 m² pour une toiture en ardoises.
  • le closoir : c’est une bande qui se fixe sur la partie haute du toit, à la jonction des derniers rangs d’ardoises, sous le faîtage. Il renforce l’étanchéité de ce dernier et assure la ventilation sur cette partie de la toiture.

Toiture ardoise : le choix du faîtage

Le faîtage correspond au point le plus haut de la toiture. Il relie les pans de la toiture. Il s’agit donc de l’élément de jointure de ces parties. En plus de son rôle de finition, pour une parfaite esthétique de la toiture, il a également pour vocation d’étanchéifier et d’aérer le toit.

Il requiert une pose irréprochable pour ne pas engendrer d’infiltrations.

Pour les toitures ardoises, il existe principalement 2 types de faîtage qu’il est possible de mettre en place selon le budget et le rendu visuel souhaité.

Ainsi, il faudra choisir entre :

  • un faîtage en zinc : une bande de zinc est pliée et permet de couvrir et de faire la jonction et donc l’étanchéité entre le dernier rang d’ardoises de chaque pan de la toiture.
  • un faîtage en lignolets : il s’agit d’une méthode qui ne consiste pas en un ajout d’élément ou de matériaux supplémentaires mais seulement à sculpter la dernière ligne d’ardoises au sommet de la toiture. Le dernier rang d’ardoises d’un versant de la toiture dépasse de quelques centimètres du dernier rang du second pan. Cette partie qui dépasse est alors sculptée. De ce fait, seule la main d’œuvre de l’artisan sera facturée pour cette création.

Quel entretien pour une toiture en ardoises ?

Pour une meilleure durabilité de votre toiture et ce, dans les meilleures conditions possibles (prévention et réparation de fuites…), il est vivement conseillé d’entretenir régulièrement sa couverture en ardoises.

Pour ce faire, l’intervention d’un professionnel est requise. Ce dernier pourra effectuer un simple contrôle de l’état de la toiture ou bien, en fonction de ce dernier, choisir d’effectuer un nettoyage ou encore un démoussage. De même un produit hydrofuge peut être appliqué pour renforcer la résistance des matériaux.

Exemple de prix pour la mise en place d’une toiture en ardoise de 100 m²

Tout d’abord il est important de savoir qu’une toiture n’est pas la même chose qu’une couverture. En effet, la couverture en elle-même concerne seulement le revêtement, dans notre cas, l’ardoise mais ce peut aussi être la tuile ou encore le bac acier !

La toiture correspond quant à elle à la totalité des éléments permettant d’édifier un toit. Ainsi, la toiture comprend donc la charpente (liteaux, chevrons, pannes, voliges), l’étanchéité, la couverture, le faîtage. Elle peut éventuellement être complétée par une isolation.

Pour une toiture de 100 m², voici comment se décompose la facture :

Composants de la toiture

Prix au m² (pose comprise)

Prix pour 100 m²

charpente de type traditionnelle

100 à 200 €

10 000 à 20 000 €

étanchéité

5 à 20 €

500 à 2 000 €

ardoises

50 à 150 €

5 000 à 15 000 €

isolation

20 à 150 €

2 000 à 15 000 €

faîtage

sculpture en lignolets

25 à 50 € le ml

250 à 500 € (pour un faîtage de 10 ml)

faîtage en zinc

70 à 90 € le ml

700 à 900 € (pour un faîtage de 10 ml)

Demander un devis pour évaluer le prix d’une toiture en ardoise (réfection ou neuf)

Faire appel à un couvreur vous coûtera certes un peu plus cher, mais vous aurez des garanties :

  • Il connaît parfaitement son travail et les techniques de pose, et dispose du matériel nécessaire, vous évitant d’avoir à le louer ;
  • Travailler sur le toit est dangereux, surtout pour un néophyte. Vous éviterez de prendre des risques ;
  • Les travaux sont couverts par la garantie décennale de l’artisan.

Si vous le souhaitez, vous pouvez demander directement sur notre site un devis gratuit et sans engagement à des artisans qualifiés près de chez vous.

Nous vous conseillons d’en demander à plusieurs entreprises, de façon à pouvoir, en plus d’obtenir une estimation sûre du coût de vos travaux, comparer les offres et faire jouer la concurrence pour faire baisser les prix.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
J’accepte les conditions générales du site et de ses partenaires.

Laisser un commentaire