Comment choisir un isolant pour les murs ? (performance, résistance, densité, épaisseur…)

L’isolation par les murs est un moyen qui permet de limiter les déperditions thermiques dans une habitation. Avant d’entamer les travaux de rénovation thermique, il est important de prendre en considération plusieurs paramètres pour avoir une isolation optimale. Mais quand faut-il opter pour une isolation des murs intérieurs et quand faut-il choisir une isolation des murs extérieurs ? Quel isolant choisir ? Voici tout ce qu’il faut savoir pour orienter le choix de l’isolant pour vos murs. 

Isolation de mur

Performance thermique

Résistance thermique

Notée R, la résistance thermique détermine le pouvoir isolant du matériau et est exprimée en m2.K/W. Elle est calculée en fonction de l’épaisseur du matériau, notée e, et de la conductivité thermique λ :

 R = e/λ

Ainsi, plus la résistance thermique est élevée, plus grande est la performance d’isolation du matériau. 

La résistance thermique à respecter est différente selon la nature des travaux.

  • Pour une rénovation : la RT 2012 stipule que la résistance thermique des murs doit se situer entre 2 et 2,9 m2.K/W en fonction de la zone climatique où se situe le logement. 
  • Pour une habitation neuve : la RT 2012 exige une résistance thermique qui équivaut à celle d’un Bâtiment Basse Communication avec une valeur minimale de R égale à 4m2.K/W pour les planchers bas et les murs en façade.  

Dans le cas où cette résistance thermique minimale n’est pas respectée, le propriétaire concerné peut encourir des sanctions pénales et civiles.

Conductivité thermique

Isolation des murs
Isolation des murs

À l’instar de la résistance thermique, la conductivité thermique est une grandeur physique qui caractérise le pouvoir isolant d’un matériau. Elle est notée λ et est mesurée en W/m.K.

 Elle désigne la capacité d’un matériau à propager la chaleur par conduction. Ainsi, plus la conductivité thermique est faible, plus le pouvoir isolant du matériau est élevé. 

Epaisseur de l’isolant

Quant à l’épaisseur, elle correspond à la dimension du matériau isolant entre les deux faces principales, elle est exprimée en millimètres ou en centimètres. 

  • L’épaisseur du matériau et la conductivité thermique rendent compte de la performance thermique d’un isolant
  • Pour bénéficier des subventions à la rénovation, vous devez faire appel à une entité certifiée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour mettre en place une isolation des murs extérieurs d’une résistance thermique de 3,70 m2.K/W
  • Pour atteindre cette valeur de 3,70 m2.K/W, l’épaisseur de l’isolant varie selon le matériau utilisé. 

Vous pouvez voir les différentes épaisseurs possibles pour atteindre cette valeur dans le tableau suivant : 

Matériau d’isolation utilisé

Epaisseur du matériau pour avoir une résistance thermique de R= 3,70 m2.K/W (en mm)

Epaisseur du matériau pour avoir une résistance thermique supérieure à 3,70 m2.K/W (en mm)

Polyuréthane

8

11

Polystyrène

120

160

Laine de verre

120

160

Laine de roche

125

160

Fibre de bois

140

180

Ouate de cellulose

150

200

Densité et capacité thermique

Exprimée en kg/m3, la densité ou masse volumique d’un matériau exerce également une influence sur son pouvoir isolant. Plus le matériau est lourd par rapport à son volume, plus il est dense.

En plus de la densité, il faut également considérer la capacité thermique de ce dernier ainsi que sa conductivité thermique pour évaluer son pouvoir isolant.  La capacité thermique correspond à la capacité du matériau à stocker la chaleur.  Plus un matériau est dense, plus sa capacité thermique est importante.

Pour résumer, en fonction de la technique d’isolation, il faut prévaloir :

  • Pour les murs intérieurs, des matériaux isolants légers avec une faible conductivité thermique
  • Pour les murs extérieurs, des matériaux isolants denses, avec une capacité thermique élevée

Résistance du matériau face aux rongeurs, au feu, et à l’humidité

Un autre critère à prendre en compte lors du choix de l’isolant est sa résistance face aux rongeurs et autres éléments extérieurs susceptibles de dégrader l’isolation. Certains matériaux sont plus efficaces que d’autres : 

  • Le chanvre rebute les rongeurs, faisant de lui un matériau isolant intéressant. 
  • La ouate de cellulose fait fuir les rongeurs du fait de sa composition plus sèche et résiste plus efficacement à ces nuisibles. 
  • La laine de roche et la laine de verre sont des matériaux isolants connus pour avoir une bonne résistance au feu et à l’humidité. 
  • Le polystyrène expansé présente également une bonne résistance à l’humidité. 

Choix des isolants pour les murs 

Pour les murs intérieurs

Plusieurs matériaux peuvent être utilisés pour l’isolation des murs intérieurs de votre habitation :

Les isolants minéraux

Isolation de combles avec une laine de roche
Isolation de combles avec une laine de roche

Provenant de matières premières minérales, ce sont des matériaux fréquemment utilisés pour la rénovation thermique. 

  • La laine de roche a une bonne performance d’isolation et résiste au feu
  • Le verre cellulaire est un isolant thermique et acoustique résistant aux rongeurs
  • La laine de verre a un bon pouvoir isolant et est économique. 

Les isolants naturels d’origine végétale

Ce sont des matériaux faits à base de matières biosourcées, qui sont donc plus écologiques. 

  • La paille a un pouvoir isolant thermique élevé en été, mais de faible résistance au feu
  • Les fibres de bois constituent des isolants thermiques et phoniques efficaces et recyclables. 
  • Le liège expansé est de nature imputrescible et possède un pouvoir isolant acoustique très élevé.
  • La laine de coton offre un bon confort en été et une bonne isolation acoustique

Les isolants synthétiques

D’origine pétrochimique, les isolants synthétiques ont une épaisseur plus mince, mais sont moins écologiques. 

  • Le polystyrène extrudé a un bon pouvoir isolant thermique, mais possède une performance acoustique moins bonne. C’est un matériau durable, avec une durée de vie de plus de 50 ans. 
  • La mousse phénolique est à la fois un bon isolant thermique et acoustique, et résiste au feu. 
  • Le polyuréthane est de faible épaisseur, mais possède une bonne performance d’isolation. 

Les isolants nouvelle génération

Ce sont des isolants avec une bonne résistance thermique, plus écologiques, mais également plus chers. 

  • La peinture isolante contient des composants en céramique lui conférant son pouvoir isolant
  • L’aérogel, un solide léger de couleur transparente, présentant une très faible conductivité thermique. 

Pour les murs extérieurs

Autres isolants possibles

Plusieurs matériaux utilisés pour l’isolation des murs intérieurs peuvent également servir d’isolants extérieurs.

Mis à part ceux cités pour l’ITI, d’autres matériaux peuvent également servir d’isolants pour les murs extérieurs. 

  • Le PSE graphité gris : il a une faible conductivité thermique allant de 0,031 à 0,040 W/m.K. Il se distingue par la présence de graphite qui limite les pertes thermiques. 
  • Le PSE blanc ne pourrit pas facilement et résiste bien à l’humidité. 
  • Le béton de chanvre a une bonne résistance aux tremblements de terre et une bonne résistance au feu en plus d’être écologique. 

Les différentes méthodes d’isolation par l’extérieur

Il existe 3 techniques d’isolation par l’extérieur selon la pose et la méthode utilisée : la mise en place d’un mur double, la méthode d’isolation avec bardage et la méthode d’isolation sous enduit. 

  • La mise en place d’un double mur consiste donc à construire un mur interne et externe, et entre ces murs sera placé l’isolant proprement dit. 
  • La méthode par bardage : le matériau isolant est posé sur la première ossature, une deuxième ossature est superposée sur la couche d’isolant. Cette deuxième ossature permet une meilleure fixation du bardage. 
  • La méthode sous enduit consiste à coller l’isolant sur les murs de façade à l’aide de chevilles ou de colle. Ensuite, une armature sera posée au-dessus, et à la fin sera appliqué un enduit de finition. 

Une autre méthode est l’isolation par vêture ou par vêtage, où des plaques de parement isolantes sont posées sur le mur. C’est une solution pratique et esthétique bien que ses facultés thermiques soient moins intéressantes.

ITE ou ITI : que choisir ?

Chacune de ces options présente ses avantages et ses inconvénients respectifs. Voici un tableau comparatif de ces deux types d’isolation. 

Types d’isolation

Avantages

Inconvénients

Isolation des murs intérieurs

  • Ne change pas l’aspect extérieur de l’habitation
  • Diminue la surface habitable de la maison
  • Moins onéreux 
  • La pose requiert de vider les pièces de la maison
  • Pose relativement simple
  • Pose nécessite parfois de déplacer les tuyaux et/ou certains câbles électriques.
  • Corrige les imperfections sur les murs

Isolation des murs extérieurs

  • Supprime les ponts thermiques, donc plus efficace
  • Plus onéreux 
  • Pas de réduction de la surface habitable, possibilité d’occuper les lieux pendant les travaux
  • Pose plus complexe : il faut faire appel à un professionnel
  • Renforcement de l’étanchéité des murs
  • Modifie l’apparence des façades, ne convient pas à tous les bâtiments
  • Moins de risque de condensation
  • Nécessite un permis d’urbanisme pour la technique par bardage

Les isolants minces : caractéristiques

Appelés aussi produits minces réfléchissants, les isolants minces constituent la superposition de fines couches d’isolants. 

  • Ce type d’isolant a une faible résistance thermique, généralement pas plus de 2m2K/W.
  • Un isolant mince est considéré comme complément d’une isolation thermique classique. 
  • La pose de cet isolant doit être réalisée par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement)
  • Ce type d’isolant coûte plus cher par rapport aux isolants dits classiques. 

Prix de l’isolation et aides financières

Le prix de l’isolation des murs par l’extérieur est plus élevé que celle par l’intérieur.  

 

Isolation par l’intérieur

Isolation par l’extérieur

Prix moyen

Entre 50 à 90 euros/m2

Entre 140 à 230 euros/m2 pour la technique sous bardage

Entre 110 et 180 euros/m2 pour la technique sous enduit.

Dans tous les cas, vous pouvez bénéficier de subventions pour vos travaux :  

  • MaPrimeRénov ou MaPrimeRénov Sérénité, subventionnées par l’État
  • La prime énergie qui est proposée par des fournisseurs d’énergie 
  • L’Eco-Prêt à Taux Zéro, remboursable sur 20 ans
  • La TVA réduite à 5,5% appliquée directement sur vos devis de travaux

Une aide locale dont vous pouvez demander les renseignements à la mairie.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.