Construire une piscine naturelle : prix, comment s’y prendre, loi, …

La piscine naturelle se distingue par le fait qu’elle n’utilise pas de procédés chimiques pour nettoyer l’eau. Son traitement se fait exclusivement de façon biologique et/ou mécanique. L’eau arrive souvent d’un puits, d’un cours d’eau proche ou d’une cuve de récupération d’eau de pluie. Elle doit rester de bonne qualité pour permettre la baignade grâce à un traitement naturel sans impact écologique.

 Le bassin de baignade biologique se compose, comme pour une piscine conventionnelle de trois grandes parties qui permettent de gérer le cycle de l’eau : 

  • Le système de filtration de l’eau 
  • Le traitement de l’eau 
  • Le bassin avec l’eau de baignade

Prix d’une piscine naturelle 

  • Le prix d’une piscine naturelle dépend des caractéristiques du projet : les matériaux utilisés, le coût de la main d’œuvre, coût de l’étude etc. 
  • Une piscine naturelle de 100 m² coûte environ 20 000 euros TTC, prix hors pose
  • Le coût de la main d’œuvre pour une piscine de 100 m² est de 7 000 à 10 000 euros.
  • Prévoyez un plus gros budget si vous comptez installer une piscine en kit.
  • Le prix d’une piscine naturelle, construite par des professionnels atteint 60 000 euros.
  • Le prix du système de filtration est fonction de la technologie employée : 
  • Système de filtres mécaniques et biologiques : 700 à 1 000 euros (hors pose).
  • Système de préfiltre à grille : 300 euros (hors pose).
  • Skimmers (systèmes de filtration de surface) : 200 à 800 euros (hors pose).
  • Le coût du terrassement : peut atteindre 2 000 euros, main d’œuvre comprise.
  •  
  •  

Le prix de la mise en place de l’écosystème constitué de plantes, poissons ou minéraux est de 40 à 60 euros/m² et varie selon la rareté des spécimens. 

La structure 

Quant à la structure de la piscine naturelle, elle est différente de la classique. Elle se compose d’au moins deux bassins : 

  • Structure d’une piscine naturelle
    Le bassin d’épuration (ou de filtration) : c’est le bassin essentiel de la piscine écologique. L’eau naturelle s’auto-épure avec les plantes, les UV et les bactéries suivant le principe naturel du lagunage. 
  • Le bassin de baignade : c’est le bassin où vous pourrez vous baigner tranquillement.
  • Le bassin de régénération ou de transition : ce dernier  bassin est optionnel, il contient des galets ornés de plantations aquatiques et permet de réchauffer l’eau avant qu’elle ne soit renvoyée au bassin de baignade grâce à sa faible profondeur et des galets. 

L’oxygénation de l’eau de piscine naturelle se fait grâce aux échanges gazeux des plantes immergées. Elle peut également se faire par une oxygénation artificielle.

La circulation de l’eau s’effectue généralement au moyen d’une pompe basse consommation. L’eau du bassin de baignade sera conduite dans les éléments de filtrage, ensuite dans le bassin d’épuration, pour enfin revenir au bassin de baignade.

Les avantages d’une piscine naturelle 

  • Vous avez la possibilité de transformer une piscine classique en une piscine écologique, prévoyez seulement un espace supplémentaire pour le lagunage de l’eau.
  • La piscine naturelle est une agréable alternative écologique, biologique et durable à la piscine traditionnelle.
  • Aucune substance chimique n’est ajoutée au circuit d’eau d’une piscine naturelle, notamment le chlore. Cela permet la coexistence des différents organismes biologiques comme les grenouilles, les libellules et les petits poissons, ils pourront y vivre et y consommer les larves de moustiques et les algues vertes.
  • Les piscines biologiques ne sont souvent pas chauffées ou ne le sont que légèrement par le soleil. Vous n’aurez donc pas de frais supplémentaires (mise à part la pompe) liés à l’énergie du chauffage. 
  • Si la surface de la piscine est importante, les ultraviolets solaires, le dioxygène natif par le phytoplancton et les plantes aquatiques immergées participent à la désinfection de l’eau et la formation du biofilm. 
  • Un des plus gros atouts de la piscine naturelle est son entretien facile : son nettoyage en profondeur ne se fait qu’une fois par an et n’est pas fastidieux. 
  • La piscine naturelle s’intègre aussi bien au paysage qu’une piscine traditionnelle chlorée
  •  
  • La couleur de l’eau paraîtra foncée au début, elle est censée s’éclaircir au fil du temps grâce aux filtrations et à l’oxygénation des plantes.

Les inconvénients d’une piscine naturelle 

  • La température de l’eau de piscine naturelle ne doit pas dépasser les 24° C car une température élevée déséquilibrera l’écosystème et pousse à la reproduction de certaines mauvaises bactéries. C’est un détail qui devrait être prit en considération à l’avance.
  • La consommation en électricité d’une piscine naturelle est plus importante vu qu’une pompe de circulation d’eau est installée et doit fonctionner en permanence pour conserver la bonne qualité de l’eau, ce qui n’est pas le cas des piscines traditionnelles. La consommation en énergie est de 4 000 à 5 000 kWh par an.
  • L’installation d’une piscine écologique coûte plus cher qu’une piscine classique, l’investissement au début sera plus important, notamment pour la construction de la zone de filtration. Elle vous coûtera au total entre 20 000 et 35 000 euros.
  • L’évaporation de l’eau se fait en grandes quantité, ce qui fait que vous rajouterez de l’eau plus souvent. 
  • Vous aurez beaucoup de travail lors de la construction de votre piscine naturelle, vous devrez choisir les bonnes plantes pour que l’écosystème puisse fonctionner et se stabiliser.
  • Vous ne pourrez vous baigner dans votre piscine qu’après que l’écosystème ait commencé à faire son travail (4 mois après la mise en place à peu près), afin de ne pas perturber son développement. 

Les systèmes de filtrations d’eau 

Trois types de filtrations existent pour une piscine naturelle : 

La filtration in situ 

C’est la solution la plus écologique et respectueuse de l’environnement, sa réalisation se rapproche de celle d’un étang de baignade. Elle ne nécessite pas de filtre mécaniques ni de pompe de circulation de l’eau. La filtration, la circulation et la régénération de l’eau sont assurés  par le principe naturel de lagunage. Cependant, sa surface devra être assez grande : 50 % de la surface total, au minimum.

La filtration ex situ 

Contrairement à la filtration in situ, ex situ se rapproche le plus d’une piscine classique. Elle s’étend sur une surface restreinte, de couleur d’eau claire. La filtration de la piscine se fait par l’intermédiaire de moyens mécaniques et biologiques comme : le pompage, le filtrage biologique, le filtre à grille puis de la réinjection dans le bassin. Les plantes aquatiques immergées sont absentes dans ce genre de piscine, elles peuvent être mises dans un but décoratif seulement.

Un système de traitement UV de l’eau ainsi des bactéries photosynthétiques peuvent être ajoutés à l’aide d’une pompe doseuse pour permettre un fonctionnement efficace du filtre biologique.  

La filtration hybride 

C’est la solution parfaite pour profiter d’une piscine écologique, grâce à la pompe de circulation d’eau et au système de lagunage. Ce système de filtration hybride permet de conserver l’aspect naturel tout en améliorant la qualité de l’eau et en optimisant la surface de plantation.

L’eau du bassin est aspirée par des skimmers, puis filtrée par un préfiltre à grille qui ne laisse pas passer toutes les particules dépassant 300 microns en suspension dans l’eau. L’eau est ensuite refoulée sous la végétation.

Un réacteur UV-C de l’eau ainsi des bactéries photosynthétiques peuvent être ajoutés à l’aide d’une pompe doseuse pour permettre un fonctionnement efficace de la filtration hydride (élimination des champignons, bactéries nocives, etc.)

 Comment la construire soi-même ?

 La construction de la piscine naturelle :

  • Choisissez un emplacement semi-ombragé afin de créer un bon environnement pour les plantes et de limiter le déplacement des algues.
  • Délimitez le bassin et les terrains de plantation avec un marquage au sol.
  • Terrassez le terrain, cette étape demande beaucoup d’efforts et de savoir-faire car la zone est grande.
  • Réalisez des paliers, un pour le bassin baignade et plusieurs hauteurs pour les plantations.

L’installation du système de filtration : 

  • Séparez les différents bassins (de lagunage, baignade, de transition) en construisant un  mur ayant une profondeur de 10 cm sous l’eau. 
  • Installez une pompe de circulation d’eau, cette dernière doit fonctionner 24 heures / 24 afin de créer un courant, d’éviter que l’eau stagne et de favoriser l’échange entre les deux bassins. Elle doit être placée dans le point le plus profond de la piscine.

Note : si vous comptez installer une cascade ou un ruisseau pour favoriser l’oxygénation, mettez en place une deuxième pompe de circulation d’eau. 

  • Mettez en place un système de filtration mécanique pour plus d’efficacité.

L’étanchéité d’une piscine naturelle : 

  • Posez une membrane EPDM (éthylène–propylène–diène monomère) sur le sol propre, débarrassé des cailloux, parfaitement damé et tassé. Notez que l’EPDM n’a pas d’impact sur la faune et la flore. 
  • Il est possible de tapisser le sol d’un lit de pierres ou de gravier.
  • Vous avez la possibilité de réaliser un coffrage et de monter des murs en béton ou en ciment. Vous pouvez même opter pour des bassins préformés.
  • Si votre sol est argileux, utilisez de l’argile pour l’étanchéité ! posez une couche de glaise imperméable de 10 cm.
  • Remplissez votre piscine idéalement avec l’eau de pluie ou celle d’un puits pour que votre piscine soit entièrement naturelle.

Le choix des plantes pour le lagunage : 

  • Plantes pour le lagunage
    Les plantes épuratives : assurent l’absorption des métaux contenus dans l’eau, participants à la prolifération des algues. 

On vous recommande : la jacinthe d’eau, la menthe aquatique ou le Caltha palustris

  • Les plantes oxygénantes : apportent de l’oxygène à l’eau grâce à leurs échanges gazeux et limitent la prolifération des algues.

Optez pour : l’Hippuris, la renoncule aquatique ou l’Elodée.

  • Les plantes décoratives et flottantes : freinent la prolifération et le développement des algues. Optez pour des nénuphars, des papyrus ou des lotus.

Ces plantes sont généralement posées dans des pots pour qu’elles puissent être déplacées facilement et protégées de toutes les autres plantes envahissantes. Les pots doivent être assez grands pour favorisez la croissance des plantes.

Pensez à recouvrir la terre des pots d’une couche de gravier de 2 cm afin d’éviter que la terre ne trouble l’eau. 

 

La réglementation d’une piscine naturelle 

Vous allez devoir faire quelques démarches administratives pour que le projet d’une piscine naturelle soit fait dans le respect de la réglementation : 

  • Vérifiez la faisabilité du projet : Récupérez le plan local d’urbanisme de votre mairie ou votre préfecture pour vérifier que le terrain est constructible et que la commune n’impose aucune loi.
  • Faites une déclaration des travaux : déclarez  les travaux de construction de votre piscine naturelle (10 m² à 100m²) à la mairie.
  • Faites une demande d’un permis de construire à la mairie : il est obligatoire pour les piscines naturelles de plus de 2 m de profondeur et de plus de 100 m².
  • Déclarez les travaux à la mairie pour installer un abri d’une hauteur inférieure à 1.80 m à une piscine de 10 à 100 m².
  • Faites une demande d’un permis de construire pour installer un abri d’une hauteur supérieure ou égale à 1.80 m à une piscine de 10 à 100 m².
  • Les piscines naturelles ne sont pas soumises aux contrôles sanitaires par le DDASS et aux règles d’hygiène. Vous pourrez donc décider des traitements à appliquer.
  • TVA appliquée au prix d’une piscine naturelle est de 20 %. 
Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.
  •  
  •