Quelle est la hauteur des plafonds et des portes ?

Pour répondre aux exigences des réglementations en vigueur, les plafonds et les portes doivent respecter une hauteur spécifique. Retrouvez les différentes normes établies.

Tableau Récapitulatif

Pièces

Hauteur plafond et faux plafond

Pièces de vie

hauteur minimale de 2,40 m

Pièces spécifiques

hauteur minimale de 2,10 m

Pièces secondaires (en sous-sol)

hauteur minimale de 2 mètres

Distance standard

Hauteur à respecter

Plafond existant et faux plafond

10 à 30 cm

Loi Carrez

égale ou supérieure à 1 m 80

Portes

Hauteur porte

Standard

2,04 m/ 2,20 m / 2,58 m

 

Largeur porte

Standard

63 cm, 73 cm, 83 cm et 93 cm

Mezzanine

Hauteur

Pièce à vivre

hauteur minimale sous plafond 4 mètres

Entre le plancher et la structure

1,90 mètre et 2 mètres voire 2,20 mètres

Au-dessus de la mezzanine

au minimum 1,90 mètre.

Mezzanine

Hauteur

Chambre pour enfant entre plancher et structure

1,80 mètre à 2 mètres

Au-dessus de la mezzanine

hauteur minimale de 1 mètre

Mezzanine barrière ou garde-corps

Hauteur

Barrière ou garde-corps

hauteur minimale de 1 mètre

Espace entre les balustres

11 cm maximum

Chambre d’enfant barrière

50 cm de haut

Emprise au sol

Démarches

Ne dépasse pas 5 m²

aucune formalité

5 et 20 m²

déclaration de travaux préalable à la Mairie

Excédant 20 m²

permis de construire



Quelle hauteur pour un plafond et pour un faux plafond ?

La hauteur dépend de la pièce à mettre en place. Que ce soit pour un plafond ou un faux-plafond, les pièces de vie doivent obéir à une hauteur minimale de 2,40 m. Il faut inclure dans les pièces de vie, le salon, la chambre à coucher, le bureau qui tient aussi parfois lieu de bibliothèque.

Les pièces spécifiques comme la cuisine, la salle de bains, le couloir peuvent admettre une hauteur minimale de 2,10 m.

Les pièces situées dans un sous-sol peuvent accueillir une hauteur minimale sous plafond de 2 mètres. Dans ce cas, il s’agit de pièces secondaires. Cela peut concerner la salle de séjour, le coin repas, la cuisine, le vestibule, le corridor. La hauteur sous plafond de 2 mètres est également valable pour la totalité de la superficie d’un sous-sol non aménagé.

Les normes n’exigent aucune hauteur maximale de plafond. Les demeures qui disposent d’un vaste espace connaissent des plafonds hauts de 2,70 m voire 3 mètres ou plus.

La hauteur à considérer pour un faux plafond

Le faux plafond ou plafond suspendu fait appel à deux catégories. Il faut citer le faux-plafond autoportant et le plafond tendu.

  • Le faux plafond autoportant est fixé sur une ossature composé de rails et de montants. La fixation est effectuée de mur à mur. Elle ne nécessite pas de suspente.
  • Le faux plafond tendu est basé sur une structure métallique. La fixation repose sur des suspentes installées au niveau du plafond. Il faut aussi inclure le vissage sur des solives en bois. Le plafond tendu est illustré par une toile en PVC ou en polyester. La tension est possible grâce à la pose de baguettes.

Les éléments d’assemblage d’un plafond suspendu

Pour bien comprendre les termes caractéristiques d’un faux plafond, il faut citer les divers composants :

  • La fourrure ou rail est la structure métallique qui accueille le vissage des plaques de revêtement
  • La suspente est fixée au plafond ou sur des solives. La suspente sert de support à la fourrure ou au rail.
  • L’éclisse sert au raccordement
  • Pour un plafond en béton, des vis et des chevilles à frapper sont nécessaires.
  • Le revêtement peut prendre la forme de plaques de plâtre ou de dalles pour plafond
  • L’enduit et le calicot sont réservés à la finition.

Les revêtements disponibles pour le faux plafond

Plusieurs matériaux sont proposés pour le revêtement du plafond suspendu.

  • Le plâtre est commercialisé en dalle de format 60 x 60 cm. Une autre version comprend 4 bords amincis.
  • La dalle de plafond minérale est vendue sous la désignation de wet felt ou soft. Il s’agit de laines minérales de verre ou de roche.
  • Le revêtement en bois profite d’une matière chaleureuse et entièrement naturelle.
  • Le revêtement en laine de bois est conçu avec mix de fibres d’épicéa, de chaux et de ciment
  • Le revêtement en métal est fabriqué à partir d’acier galvanisé ou d’aluminium. Il est présent en lames, en cassettes et en bac autoportant.

Le recours au faux plafond

Le plafond suspendu permet de dissimuler les imperfections d’un plafond initial. En outre, le faux plafond autorise l’encastrement de luminaires et des câbles électriques et des tuyaux de VMC. Par ailleurs, le faux plafond procure une jolie esthétique, une isolation phonique et une isolation thermique.

L’installation du faux plafond requiert une préparation via un dépoussiérage et un nettoyage soigneux.

Les hauteurs à retenir pour poser un faux plafond

Il convient de respecter une distance ou hauteur de 10 à 30 cm entre le plafond existant et le faux plafond. Il faut également prendre en compte l’épaisseur du revêtement et de l’isolant

Distance standard

Mesures

Distance entre mur périphérique et 1ère ligne de suspentes

30 cm maximum

Fixation des suspentes (intervalles)

Tous les 1,20 m

Distance entre 2 fourrures / rails

40 à 60 cm

La hauteur selon la loi Carrez

La loi Carrez date de 1996. Il s’agit d’un diagnostic immobilier qui concerne la surface habitable d’un bien immobilier. En cas de vente, cette loi est une obligation pour toute habitation faisant partie d’une copropriété. Elle ne revêt aucun caractère obligatoire pour une maison individuelle. Les lots de copropriété soumis à la loi Carrez doivent faire 8 m² au minimum.

La surface privative concernée par la loi Carrez porte sur une surface de plancher couverte par une hauteur sous plafond égale ou supérieure à 1 m 80. De plus, le calcul de la surface privative doit inclure la véranda, les combles aménagées ou non.

Il faut considérer toute hauteur sous plafond supérieure à 1,80 m y compris le placard, la mezzanine, la chambre mansardée.

Les exclusions possibles à la loi Carrez

Il ne faut pas intégrer dans la mesure de la superficie toute pièce dont la hauteur sous plafond n’atteint pas 1,80 m. Il faut notamment citer :

  • Les murs et autres cloisons
  • les marches et les cages d’escalier
  • les embrasures des portes et des fenêtres
  • les gaines
  • les granges, les caves, les garages, les parkings
  • les maisons individuelles
  • les bâtiments individuels
  • les lots commercialisés en VEFA
  • les lots inférieurs à 8 m²
  • les terrains à bâtir.

Quelle hauteur pour les portes ?

La porte intérieure est utile pour protéger à la fois du bruit et des courants d’air. La porte permet également de délimiter l’espace d’une pièce à l’autre tout en isolant du froid et de la chaleur.

Les portes intérieures sont proposées en plusieurs modèles :

  • La porte pleine assure l’isolation thermique et phonique. Façonnée à l’aide d’un panneau plein, elle est conçue dans du bois massif, de l’aggloméré, du PVC, de l’aluminium ou du bois lamellé-collé. Elle offre parfois une excellente isolation acoustique.
  • La porte vitrée intérieure est préférable dans les pièces en enfilade et dans les pièces peu éclairées. Elle fournit plus de luminosité tout en optimisant l’espace. Le modèle peut être totalement vitré ou combiné à une partie basse en bois ou en alu. Le vitrage est soit transparent soit dépoli pour préserver l’intimité.
  • La double porte intérieure comprend deux panneaux. Elle convient aux pièces bénéficiant d’une hauteur sous plafond élevée. Une double porte intérieure peut être pleine ou vitrée.
  • La porte intérieure personnalisable est une autre option. Il s’agit d’une porte prête à peindre. Elle peut être isoplane ou postformée. La porte isoplane contient des faces planes. Quant à la porte postformée, elle comprend des faces moulées.

Les types de portes intérieures

Il faut distinguer les portes battantes ou blocs-portes et les portes coulissantes dotées d’un rail en applique ainsi que les portes à galandage.

  • La porte battante propose une ouverture sur un côté unique pour disposer d’un meilleur dégagement. Le sens d’ouverture est disponible en poussant droit ou en poussant gauche. Quant au bloc-porte, il inclut l’ouvrant et le dormant ou l’huisserie reliée à la maçonnerie.
  • La porte coulissante comporte une cloison amovible située entre deux pièces. La fixation est effectuée via un rail établi au niveau du sol ou du plafond. Plaquée contre un mur, la porte coulissante ne nécessite aucun dégagement et procure un gain de place certain.
  • La porte à galandage est une variante de la porte coulissante. Elle permet de profiter de plus d’espace au sol et au mur. En effet, elle est glissée en totalité dans le mur. Elle demande des travaux d’aménagement plus poussés.

Les matériaux utilisés pour les portes intérieures impliquent le bois massif, la finition plaquée. Les essences incluent le pin, le sapin, le hêtre, le chêne ainsi que le paulownia.

Les dimensions standards des portes intérieures

Il faut intégrer dans les dimensions la hauteur et la largeur standard des portes intérieures.

La hauteur de la porte comprend trois mesures. Il faut citer la hauteur de 2,04 m, la hauteur de 2,20 m et la hauteur de 2,58 m. A titre d’exemple, la double porte intérieure dispose d’une dimension de 2,04 m x 1, 46 m.

Au niveau de la largeur, les standards comprennent 63 cm, 73 cm, 83 cm et 93 cm. Pour une largeur de 63 cm, le passage équivaut à une personne. La largeur de 73 cm correspond davantage à une pièce de vie. Quant à la largeur de 83 cm, elle équivaut à un passage autorisant le déplacement de mobilier plutôt encombrant. Idem pour celle de 93 cm.

Quel est l’impact de la hauteur sur la consommation de chauffage ?

En règle générale, abaisser la hauteur sous plafond permet de réduire la surface de la pièce à chauffer. Afin d’évaluer la puissance de chauffe, il faut connaître le volume de la pièce. Il suffit de multiplier la surface par la hauteur sous plafond. Un logement suffisamment isolé et doté d’une hauteur sous plafond de 2,50 m requiert 70 à 100 watts par mètre carré.
Pour estimer avec précision la
puissance utile, il faut multiplier la surface au mètre carré par le nombre de watts par mètre carré.

Un autre mode de calcul consiste à calculer l’écart entre la température intérieure désirée et la température extérieure moyenne. Après l’obtention des deux valeurs ainsi que le coefficient d’isolation du logement, il est possible de disposer de la puissance utile en watt par pièce.

Une pièce haute de plafond est plus compliquée à chauffer. Il faut installer une isolation efficace au-dessus du plafond. Si le logement est au dernier étage, il convient d’isoler les combles ou de mettre en place une couche d’isolant sur le sol des combles. Si le logement est situé à un étage intermédiaire, une isolation sous plafond via la mise en place d’un plafond suspendu est conseillée.

Pour une surface soumise à la Loi Carrez, la hauteur sous plafond d’1m 80 est à respecter tout en profitant d’un volume suffisamment chauffé.
Plus la hauteur sous plafond est élevée, plus le chauffage est énergivore. Il convient de choisir un système de chauffage adapté au volume de l’habitation.

Surface

Mode de chauffage conseillé

Moins de 30 m²

1 radiateur électrique

Entre 30 et 100 m²

2 radiateurs électriques ou chauffage au gaz

De 100 à 200 m²

chaudière /poêle/énergie renouvelable

Plus de 200 m²

combustible bois poêle/chaudière/cheminée

La mezzanine pour profiter d’une pièce haute

Pour aménager une pièce pourvue d’une hauteur sous plafond élevée, il est possible de mettre en place une mezzanine. Il s’agit d’un espace qui permet de profiter d’une zone à vivre originale. De plus, la mezzanine permet de structurer agréablement la partie d’un logement.

Le respect de la hauteur entre le plancher et la mezzanine

Pour installer la mezzanine dans une pièce à vivre, il faut disposer d’une hauteur minimale sous plafond de 4 mètres. Cette hauteur favorise un usage confortable et pratique.
La
hauteur conseillée entre le plancher et la structure est comprise entre 1,90 mètre et 2 mètres voire 2,20 mètres pour circuler librement. A 2,20 mètres, la sensation d’étouffement est évitée.
La
hauteur au-dessus de la mezzanine doit faire au minimum 1,90 mètre. Le déplacement est facilité. En outre, le dessus de la mezzanine permet l’installation d’un coin bureau, d’un petit salon, d’un espace de détente voire un home cinéma.

Pour la mise en place d’une mezzanine dans une chambre pour enfant, il convient de disposer d’une hauteur de 1,80 mètre à 2 mètres sous la structure, à partir du plancher. Cette hauteur permet de circuler sans entrave, de ranger la pièce, de nettoyer et de changer les draps.
Au-dessus de la mezzanine
, il faut prévoir une hauteur minimale de 1 mètre. Il est préférable que l’enfant profite d’une assise sur son matelas sans que sa tête n’effleure le plafond.

Les différents types d’accès à la mezzanine

Plusieurs modes d’accès permettent de monter et de descendre.

  • L’escalier classique permet d’évoluer aisément. Confortable, il nécessite un espace suffisant au niveau de dégagement du sol pour l’installation. L’escalier peut être droit, tournant, hélicoïdal, plein, ajouré. Il peut aussi accueillir des rangements et des placards.
  • L’échelle de meunier est proposée si l’espace est petit. Néanmoins, l’implantation nécessite un recul suffisant. Elle est peu pratique pour les enfants.
  • L’échelle classique est facile d’accès surtout dans la chambre d’enfant. Elle prend peu de place.

La barrière ou garde-corps de la mezzanine

Une barrière ou garde-corps sert à éviter les chutes éventuelles. La barrière comprend des poteaux et quelques balustres. Etablie dans une pièce à vivre, le garde-corps propose une hauteur minimale de 1 mètre. L’espace entre les balustres ne dépasse pas 11 cm. Ainsi, tout passage inopiné de jeune enfant est exclu.

Dans la chambre d’enfant, pour une hauteur sous plafond de 1 mètre au-dessus de mezzanine, il faut implanter une barrière de 50 cm de haut. Cela permet au petit enfant d’être protégé de tout risque de chute surtout s’il ne tient pas encore debout.

Les démarches administratives à effectuer

Si l’emprise au sol de la mezzanine ne dépasse pas 5 m², aucune formalité n’est requise. Si l’emprise au sol est incluse entre 5 et 20 m², il faut déposer une déclaration de travaux préalable à la Mairie.
Pour une
emprise au sol excédant 20 m², une demande de permis de construire est indispensable.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.