Humidité : causes, solutions, traitement, taux d’hygrométrie

Véritable fléau une fois qu’elle s’est infiltrée dans un logement, l’humidité peut être responsable de dégradations matérielles importantes et de problèmes de santé chez les habitants. L’humidité est définie par la présence d’eau ou de vapeur d’eau dans l’air. Elle est tout à fait normale, naturelle, et même importante pour la santé.

L’humidité est évaluée grâce au taux d’hygrométrie. Il mesure la quantité d’eau présente dans l’air environnant.  Un taux trop bas indiquant un air trop sec peut entraîner un assèchement des muqueuses et des maux de tête.

Un taux trop élevé peut provoquer la prolifération de champignons, de moisissures et d’acariens. Les personnes qui y sont confrontées peuvent se voir développer des allergies, des problèmes respiratoires ou encore des problèmes articulaires. Un logement trop humide peut entraîner, chez l’enfant et l’adolescent, des malades chroniques.

Quel est le taux d’hygrométrie à respecter ?

Le taux d’hygrométrie dépend aussi de la température de l’air. On estime que pour une température moyenne de 20°C, le taux idéal est de 50%. Il est tout à fait normal et non inquiétant que ce taux se trouve entre 45% et 65%.

Si le taux est supérieur à 65%, il existe un réel problème d’humidité dans l’environnement.

Quelles sont les causes d’un logement trop humide ?

Les raisons d’un taux d’hygrométrie trop élevé dans un logement sont nombreuses et peuvent parfois se cumuler.

Les remontées capillaires 

Rien à voir avec vos cheveux, rassurez-vous 🙂 

Les remontées capillaires, que l’on appelle aussi remontées d’humidité par capillarité, arrivent lorsque le terrain sous l’habitation est trop humide. L’eau présente dans le sol progresse et peut atteindre les fondations et les murs du logement.

Plusieurs éléments peuvent expliquer ce phénomène : 

  • la porosité des matériaux ;
  • la présence d’un grand volume d’eau sous le logement.

La condensation avec une mauvaise ventilation

La condensation est définie par le passage de l’eau à l’état gazeux à l’état liquide. On y trouve de nombreuses causes comme :

  • la cuisson des aliments ;
  • la douche ou le bain ;
  • le séchage du linge ;
  • la respiration.

L’air, saturé en vapeur d’eau, devient liquide au contact de murs froids. La condensation ne devrait pas durer plusieurs heures ou arriver de manière inopinée dans le logement.
Il est tout à fait normal d’avoir de la buée sur son miroir après avoir pris sa douche, mais elle devrait partir naturellement dans les minutes qui suivent l’arrêt de la douche.

Si ce n’est pas le cas, il faut vérifier les aérations et ventilations de la pièce et du logement afin de s’assurer qu’elles ne sont pas obstruées. Et ne pas oublier d’aérer régulièrement la cuisine et la salle de bains après ou pendant leur utilisation, particulièrement en hiver !

Une infiltration dans les murs

Dans une habitation un peu ancienne ou avec des défauts de construction, il n’est pas rare de voir apparaître des fissures dans les murs extérieurs.
Ces fissures peuvent être à l’origine de l’infiltration de l’eau dans le logement.
Certaines fissures ne sont pas visibles à l’œil nu et nécessitent des recherches par un professionnel afin de les repérer.

Une fuite

Un équipement d’eau comme une baignoire, un évier ou un ballon d’eau chaude peut aussi devenir défectueux et présenter une fuite. La fuite, parfois minime, met plusieurs semaines à être repérée et l’eau va s’infiltrer dans les murs et dans les sols faisant ainsi augmenter le taux d’hygrométrie.

En appartement, la fuite d’un logement au-dessus ou en dessous du vôtre peut engendrer des problèmes d’humidité chez vous.

La fuite peut être de plusieurs origines : joints abîmés ou décollés, carrelage fissuré, tuyau qui fuit, joints qui ne sont plus étanches, siphon, boulons desserrés, façade fissurée, tuiles de toit discontinues, joints de fenêtres non étanches … La fuite peut provenir d’un appartement ou d’une pièce voisine de l’endroit touché, et se déplacer dans le mur de manière horizontale !

Une humidité importante peut provenir de plusieurs fuites cumulées entre-elles !

Et comment la repérer ?

En dehors du taux d’hygrométrie, plusieurs facteurs doivent vous alerter s’ils sont présents dans votre logement :

  • La condensation à l’intérieur sur les vitres et miroirs sans raisons (douche, cuiseur vapeur, etc.) ;
  • Des auréoles et des tâches sur les murs et sur les plafonds ;
  • Des cloques ou l’écaillage des peintures des murs et des plafonds ;
  • La décomposition de la maçonnerie, comme les joints ;
  • Un décollement des papiers peints ;
  • Un gonflement des boiseries ;
  • La présence de champignons, de moisissures ou de verdures (comme de la mousse ou du lichens) ;
  • La présence de rouille sur des éléments métalliques ;
  • Une mauvaise odeur.

Si le logement présente ces éléments, il faut agir rapidement et trouver les causes de l’humidité. La meilleure solution reste de faire appel à un professionnel si vous n’identifiez aucune cause flagrante.

Les solutions pour se débarrasser de l’humidité

Selon sa cause, il existe plusieurs solutions pour se débarrasser de l’humidité dans un logement :

  • Faire vérifier en détail toutes les canalisations, éventuellement à l’aide d’une caméra thermique.
  • Nettoyer et désobstruer les aérations existantes ;
  • Agrandir la dimension ou le nombre des aérations du logement ;
  • Installer une VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) qui en évacuant l’air va améliorer l’assainissement des pièces ;
  • Placer une membrane étanche sur les parties basses des murs qui sont en contact avec le sol et la terre ;
  • Prévoir un assèchement des murs ;
  • Prévoir un traitement hydrofuge des fondations et des murs ;
  • Reprendre les enduits ;
  • Créer un système de drainage tout autour de la maison.

Si l’humidité est liée à une mauvaise isolation, vous pouvez prévoir de refaire l’isolation de vos murs et de vos combles par un artisan.
Sachez que ces isolations sont éligibles aux primes de l’état, car elles améliorent l’efficacité énergétique du logement.

Quelques bons gestes à adopter pour améliorer votre taux d’humidité

Il est possible d’effectuer certains gestes, qui, en plus d’être bon pour votre taux d’hygrométrie, seront bon pour votre santé :

  • Aérez votre logement au moins 10 minutes par jour, de préférence le matin ;
  • Pensez à ouvrir vos portes et fenêtres lorsque vous produisez de la condensation ;
  • Chauffez votre maison en hiver ;
  • Faites sécher votre linge en extérieur ou dans des pièces aérées.

FAQ

Un déshumidificateur peut-il faire baisser mon taux d’hygrométrie ?

Oui, un déshumidificateur fera baisser le taux d’hygrométrie de votre logement. Ce n’est, cependant, pas une solution pérenne, car elle ne traite pas la cause de l’humidité.

Qui appeler en cas de problème d’humidité ?

Vous pouvez faire appel à un expert en bâtiment qualifié. Ce dernier, une fois la cause trouvée, vous orientera vers un professionnel qualifié pour corriger la source du problème.

Ma consommation d’énergie est-elle impactée par mon taux d’hygrométrie ?

Oui, en effet, plus l’air est humide, plus il met de temps à monter en température. Un air sec atteint plus rapidement une température souhaitée qu’un air humide.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.