Quel chauffage choisir ?

Un chauffage à remplacer ou poser ? Découvrez les différentes énergies et lesquelles choisir pour faire face à la crise énergétique actuelle et qui offrent le meilleur rendement possible.

Chaudière à bois

Prix du chauffage

Voici un tableau récapitulatif de différents types de chauffage. Le prix d’achat du matériel avec sa pose y est disponible. Vous avez le prix de la consommation de l’électricité, du bois et du gaz. Pour plus de détails, vous verrez l’évolution du tarif sur le marché.



Type de chauffage

Prix d’achat à partir de

Prix de pose à partir de



Prix de la consommation


Évolution du prix sur le marché


Degré de pollution


Convecteur électrique


100 à 300 €


50 à 100 €









0,18 à 0,2 € le kWh
















Augmentation de 4 % depuis février 2022


















Peu polluant





Plancher

 

chauffant 


électrique


Par rayonnement


30 à 230 € par m2





40 à 50 € par m2


Par accumulation


60 à 400 € par m2









Pompe à chaleur



Air-eau


6000 à 13 000 €








2000 à 6500 € 


Air-air


2000 à 7000 €



Géothermie


10 000 à 23 000 €


Eau-eau


7000 à 17 000 €






Chaudière électrique


Standard


1000 à 6000 €  






500 à 2000 €


Basse température


2500 à 7000 €


Ionisation


3500 à 10 000 €






Chaudière à fioul

Standard


2000 à 5000 €




1000 à 2000 €




1500 € le m3



Le prix du fioul est à suivre quotidiennement. Son prix tend à baisser, mais il n’est pas stable.





Très polluant

Basse température


3500 à 7000 €

Par condensation


4500 à 8000 €







Chaudière


 à 


gaz


Par condensation


2000 à 6500 €












500 à 1500 €


Le gaz naturel coûte environ  0,88 à 0,1 €/kWh pour une consommation maximale 6000 kWh/an



et 0,1 à 0,2 €/kWh pour une consommation plafonnée à 300 000 kWh/an









Une augmentation en vue en 2023, limitée à 15 %










Polluant


Basse température


1500 à 5000 €


Standard


1000 à 4000 €



Cogénération


10 000 à 16 000 €



Pulsatoire


3500 à 6000 €


Hybride


5500 à  9000 €



Propane GPL


1800 à 7000 €

 

2200 à 4200 € la citerne 

(prix variable selon le fournisseur) 





Chaudière à bois


Tirage assisté


6000 à 12 000 €

   





500 à 3000 €

 


























143 € 

le stère 

en moyenne















Forte augmentation en 2022.


Le prix du bois de chauffage n’est pas stable






















Polluant

Combustion inversée

3000 à 10 000 €













Poêle à bois


Classique


500 à 3500 €












500 à 1500


Scandinave


1500 à 6000 €


Bouilleur


2000 à 8000 €


Double combustion


1000 à 4000 €


Turbo


1200 à 3200 €


De masse 


1800 à 6000 €


Canalisable


1300 à 4500 €










Poêle de masse

Fonte et céramique


2500 à 5000 €








1000 à 3000 €

En faïence


5000 à 8000 €

En béton


8000 à 11 000 €

En stéatite


10 000 à 17 000 €




Chaudière à granulés


Standard


8000 à 19 000 €




1000 à 3000 €




Environ 0,71 € par kg 


635 € en moyenne par tonne




Forte augmentation de 80 à 100 % depuis juillet 2021.







Écologique


Condensation


13 000 à 21 000 €



Poêle à granulés


500 à 7000 €


500 à 2000 €

Les solutions de chauffage adaptées à votre confort

Les chauffages électriques

La chaudière électrique

Chaudière électrique moderne
Chaudière électrique moderne

La chaudière électrique chauffe de l’eau et les distribue dans diverses canalisations de la maison. Cette eau alimente soit le radiateur, soit le plancher chauffant. Elle peut également servir d’eau chaude à usage sanitaire. Le prix d’une chaudière électrique varie selon son utilisation. Plus la surface à chauffer est grande, plus la puissance est élevée.

Peu de gens utilisent cette solution à cause des dépenses énergétiques qu’elle génère. Néanmoins, elle est l’alternative la plus rapide et la plus efficace en matière de chauffage domestique. Elle est souvent utilisée comme chauffage d’appoint. Mais également pour attendre un changement de projet beaucoup moins onéreux sur le temps.

Pour faire votre choix, il existe 3 sortes de chaudières électriques :

  • La chaudière électrique standard figure parmi les plus anciens modèle. Une résistance chauffante est alimentée par le courant domestique. Elle chauffe l’eau contenue dans une cuve. Une fois la température de 70 ou de 90 °C atteinte, cette eau est acheminée vers d’autres appareils propagateurs. Elle est la moins chère et sa pose est rapide.
  • La chaudière électrique à basse température chauffe l’eau à 50 °C au maximum. Les autres équipements de la maison doivent être compatibles avec la chaudière. Par exemple, le plancher est capable de fonctionner à une température en dessous de 50 °C. De même, le radiateur sera en aluminium ou en acier. Celui en fonte sera inutile. La solution basse température est bénéfique pour votre facture annuelle.
  • La chaudière électrique à ionisation est une technologie plus avancée que les 2 autres. Elle exploite le procédé de l’électrolyse pour chauffer le fluide caloporteur. Elle n’utilise aucune résistance électrique. Ce sont les électrons circulant à grande vitesse dans le thermo-ioniseur qui produisent de la chaleur par frottement. Cette machine n’émet aucun bruit et coûte plus cher qu’un classique avec un rendement presque identique.

Le prix de l’électricité ne devrait pas particulièrement monter dans les prochaines décennies grâce au développement des énergies vertes même s’il pourrait connaître une période de hausse dans les prochaines années, le temps que l’EPR de Flamanville soit opérationnel et que la maintenance du parc soit plus effective, renouant avec des niveaux de production supérieurs.

Le plancher chauffant électrique

Installation d'une chaudière électrique
Installation d’une chaudière électrique

Le plancher chauffant fonctionnant à l’électricité est, de loin, la solution de chauffage la plus efficace du moment. Installées au bon endroit, les résistances chauffent votre maison de manière uniforme. La sensation de confort est instantanée.

La pose du plancher électrique doit suivre une technique bien précise pour éviter des déperditions d’énergie. La préparation du sol d’accueil se fait par la mise en place d’une sous-couche isolante. Elle servira de protection aux conducteurs chauffants et empêche toute fuite de chaleur par le sous-sol.

La pose suit une forme hélicoïdale ou sinusoïdale pour un rendement parfait. Une chape en béton vient recouvrir les résistances et offre une nouvelle surface plane. Vous pouvez alors mettre par-dessus un sol de votre choix.

 

La manœuvre de propagation de chaleur du plancher électrique se divise en 2 systèmes :

  • Le système rayonnant chauffe directement les parois du sol et les objets solides à proximité de la chaleur. Il convient très bien pour une rénovation du chauffage d’un bâtiment. Il s’adapte à tous les types de revêtement pour sol. La chaleur procurée est douce et confortable.
    Le câble chauffant est invisible. Il ne gêne pas et ne nécessite presque aucun entretien. Sa température est ajustable en fonction de la zone à chauffer.
  • Le système électrique par accumulation est plus complexe. Cependant, il consomme moins d’énergie. Lorsqu’il chauffe, il y va progressivement. Il est capable de stocker la chaleur produite par inertie et la restituer durant la journée. Il peut également fonctionner durant les heures creuses et restaurer la différence en heures pleines. Lors des grands froids, cette solution a besoin d’être combinée avec d’autres appareils à chauffage rapide.

La pompe à chaleur

La pompe à chaleur fait partie des appareils électriques même si elle utilise d’autres mécanismes pour fonctionner. L’électricité est utile pour alimenter la pompe proprement dite. En effet, elle permet le transport des calories de l’air, de l’eau ou du sol. Sans le courant, la pompe à chaleur est incapable de faire quoi que ce soit.

Une fois branchée, elle est performante. Elle puise les calories présentes dans la nature et les transforme en chaleur exploitable pour le ménage. Ce n’est pas l’électricité qui fait ce travail. Elle consomme très peu d’énergie, mais produit plus de chaleur.

La pompe à chaleur est composée d’un évaporateur, d’un compresseur, d’un détendeur et d’un condenseur. Elle possède deux unités différentes. L’une se place à l’extérieur pour extraire les ressources et l’autre à l’intérieur pour diffuser la chaleur obtenue par la pompe.

4 différentes méthodes de fonctionnement sont disponibles chez les pompes à chaleur.

  • Le régime air-air est un modèle réversible, c’est-à-dire que la pompe peut puiser de l’intérieur vers l’extérieur et vice versa.  En été par exemple, elle rafraîchit votre appartement. Elle est plébiscitée par de nombreux ménages à cause de son efficacité à double sens.
    Elle utilise les calories contenues dans l’air à l’extérieur de la maison pour le transformer en air chaud à injecter à l’intérieur. Ce système est surtout employé en hiver.

    La pompe monosplit est constituée d’une unique unité intérieure en collaboration avec une autre au-dehors. Le multisplit possède plusieurs appareils distributeurs d’air chaud dans différentes pièces de la maison.
    La pompe à chaleur air-air ne produit pas d’eau chaude. Il faut la combiner avec un autre dispositif pour cela.
  • Le modèle air-eau prélève l’air extérieur pour chauffer l’eau. Sa force est sa capacité à vous procurer de l’eau chaude sanitaire. Elle est ainsi capable d’apporter un confort optimal en hiver et vous fournir l’eau dont vous avez besoin.
    La pompe air-eau est très puissante. Certaines variantes peuvent fonctionner correctement jusqu’à -30 °.
  • Le type de pompe géothermique se sert des calories qui se trouvent dans le sous-sol. Il les puise pour créer une différence de température sur les différents liquides frigorigènes employés. Votre production d’eau chaude sanitaire est assurée par la PAC géothermique.
    En matière de géothermie, les capteurs de calories peuvent être installés de 2 manières. La première consiste à faire un forage vertical jusqu’à 100m de profondeur pour y mettre les collecteurs. Cette technologie est certes plus onéreuse, mais elle est très performante.

    La deuxième se fait à l’horizontal. Elle ne nécessite aucun forage, mais plutôt une large superficie. En effet, il faut creuser environ 1m de profondeur sur une surface de 10 à 100 m2 en fonction des capteurs. Ces derniers sont ainsi déposés dans la tranchée. Elle occupe une grande partie de votre jardin. Vos plantations seront limitées, car vous ne pourrez plus piocher assez profond de peur d’abîmer vos capteurs.
  • La pompe aqua thermique, ou eau-eau, utilise un système proche de la géothermie. Au lieu de planter les capteurs dans le sous-sol, celle-ci cherche une nappe phréatique. Elle peut fonctionner dans une rivière et même un lac.
    Un fluide spécial puise les énergies contenues dans les capteurs et les transmet à une unité interne. La pompe utilise un nouveau circuit pour créer la chaleur et alimenter un radiateur ou un système de chauffage au sol.

Le convecteur électrique

Convecteur électrique
Convecteur électrique

Le convecteur est le radiateur électrique chauffant le plus accessible du marché. Souvent utilisé en chauffage d’appoint, il est abordable et se manipule facilement. Il chauffe rapidement une pièce et vous procure un confort immédiat. Quoiqu’un peu limité dans ses performances, il peut vous servir selon votre budget.

Le convecteur électrique aspire de l’air, le chauffe par l’intermédiaire de résistance électrique et le transmet dans l’habitation. 

Les chauffages au combustible

La chaudière à fioul

La chaudière à fioul est choisie par environ 3,5 millions de Français. Elle reste, jusqu’à ce jour, le top 3 du chauffage domestique. Néanmoins, elle est interdite dans les constructions neuves depuis le 1er juillet 2022. D’ici quelques années, cette alternative sera de moins en moins consommée à cause de son degré de pollution.

Cette chaudière est disponible en 3 types : le standard, le système par condensation et celle qui est à basse température.

  • La chaudière standard à fioul est la moins chère du marché. Elle se sert du combustible pour créer un feu et chauffer de l’eau contenue dans un réservoir jusqu’à 90 °C. Il fonctionne comme une grande marmite. L’eau ainsi chauffée circule à haute température vers les canalisations et les radiateurs.
  • La chaudière à condensation optimise le procédé classique. La différence est l’utilisation de la fumée issue de la combustion. Cette dernière  préchauffe l’eau de retour du radiateur. La perte d’énergie est  limitée et la fumée est évacuée à température réduite. Ce système ajoute jusqu’à 20 % de performance en plus de la chaudière standard.
  • La chaudière basse température se sert de la même méthode, mais avec une température ne dépassant pas les 60 °C. Ce principe rend le dispositif très économique et permet de réduire ses dépenses de 15 %. Lorsqu’il s’agit d’un appareil de ce genre, il est couplé à un plancher chauffant, toujours à température réduite.

La chaudière à gaz

Vérification d'une chaudière à gaz
Vérification d’une chaudière à gaz

Recommandée pour les habitations collectives, la chaudière à gaz promet un chauffage rapide et homogène. En comparaison des autres combustibles, le gaz est plus efficace et vous permet de faire des économies selon le modèle. 

La chaudière à gaz standard, à condensation et à basse température  fonctionne de la même manière que la chaudière à fioul. Seul le combustible change. Elle présente, toutefois, d’autres systèmes pour l’optimisation du gaz.

  • La chaudière à gaz cogénération est un modèle multi usage. En plus de servir pour le chauffage, elle peut produire de l’électricité. Elle est capable de prendre en charge jusqu’à 80% de vos dépenses en énergie électrique. 
  • La chaudière hybride est un système de secours pour renforcer le chauffage actuel. Elle possède 2 chauffages différents. Par exemple, lorsque le froid est encore moins intense, la pompe à chaleur peut encore fonctionner. Mais lorsque la température commence à baisser au-dessous des 7 °C à l’extérieur, la chaudière à gaz active le procédé par condensation.
  • La chaudière à gaz pulsatoire fonctionne sans avoir besoin d’un brûleur classique. Elle se sert d’une chambre de combustion pour créer un échange thermique et produire la chaleur utile au chauffage de l’eau. Sa technique d’obtention de chauffage assure une économie qui peut aller jusqu’à 40 % en comparaison avec celle à condensation.
  • La chaudière à gaz propane est une chaudière comme tous les autres. Elle est alimentée via une cuve de gaz individuelle. Si vous êtes situé dans un village isolé, il s’agit d’une solution de chauffage qui vous ira parfaitement.

La chaudière à bois 

La chaudière à bois est le système de chauffage le plus ancien qui existe. Elle a recours à la biomasse comme combustible pour chauffer l’eau. Chaque mécanisme de chauffage peut être accouplé à un dispositif ECS.

  • La chaudière à tirage assisté se compose de deux compartiments. L’un sert à l’alimentation des bûches et l’autre pour l’allumage. Ce système participe à la réduction de bois utilisé. Chaque élément brûle entièrement avant d’être remplacé. Afin d’améliorer la combustion, de l’air est acheminé dans la chambre. Ainsi, la pollution est réduite et la fumée est moins toxique.
  • La chaudière par combustion inversée n’utilise pas le tirage assisté. Elle se satisfait du tirage naturel. L’air qui alimente le feu n’est pas contrôlé, il vient en fonction du conduit.

La chaudière à granulés

Les granulés ou les pellets sont des résidus biodégradables, généralement obtenus par du bois comprimé. Ils brûlent facilement, permettant à la chaudière de chauffer de l’eau.

La chaudière à granulés existe en format standard et à condensation. Elle peut être accompagnée d’un silo automatique pour une utilisation optimisée.

La poêle à bois et à granulés

Les poêles à bois, à granulés, quel que soit leur modèle, fonctionnent en insérant le combustible correspondant dans le foyer. Une fois la chaleur obtenue, ils la diffusent. Différentes sortes de poêles à bois existent et leur performance varie en fonction de leur caractéristique.

  • Le poêle classique est fabriqué en fonte. Il est massif et possède une grande capacité de restitution de la chaleur. Son inertie vous fait gagner en économie de bois de chauffage. L’alimentation en bûche se fait à la main. Une fois la température idéale atteinte, il peut garder la chaleur sur une longue durée. Vous n’êtes pas obligé de rajouter du bois à chaque instant.
  • Le poêle de chauffage scandinave est approprié pour le confort thermique d’une grande surface. Il peut propager sa puissance calorifique jusqu’à 170 m2. Ce poêle est réputé pour ses parois tièdes. Il convient aux endroits où beaucoup d’enfants font du va-et-vient. Lorsqu’il fonctionne, il démarre doucement et diffuse la chaleur de la même manière.
  • Le poêle bouilleur, comme le nom l’indique, peut être combiné à un système de chauffage d’eau sanitaire. Cette capacité hydraulique fait du poêle un dispositif avantageux. Il peut ainsi alimenter les radiateurs et les circuits d’eau chaude.
  • Le poêle à double combustion est l’une des installations les plus efficaces en termes de rendement. En effet, il arrive jusqu’à 80%. La première combustion se fait par le bois. Ce dernier dégage un gaz encore combustible. La deuxième combustion consiste à brûler ce gaz. Ainsi, les déperditions sont minimes et le poêle reste performant.
  • Le poêle turbo joue avec deux orifices de canalisation de comburants. L’objectif est de brûler 2 fois plus que les autres modèles. Il puise l’air à la partie inférieure du poêle et en reçoit davantage au milieu de la combustion. Si vous cherchez un dispositif pour un chauffage rapide, ce modèle vous convient.
  • Le chauffage à bois de masse émet sa chaleur par rayonnement. Il utilise l’inertie pour garder la chaleur durant plusieurs heures. Il est économique et ne demande pas une exploitation 24h/24.
  • Le poêle canalisable ne se pose pas dans la salle à chauffer. Sa chaleur peut être emmenée d’un point A vers un point B. Il emploie la convection pour transporter l’énergie calorifique.  Il travaille en étroite collaboration avec votre canalisation d’air grâce à une soufflerie. 

Comment choisir son chauffage ?

Pour choisir le chauffage de votre maison, il est essentiel de faire référence aux critères suivants :

  • Le budget d’achat :
    L’argent que vous réservez à l’achat d’une centrale de chauffage doit être assez conséquent. En connaissant l’ordre de prix des différentes chaudières qui sont sur le marché, vous avez une idée de la somme à prévoir. Elle sera la garante de votre futur confort thermique.
  • Chauffage individuel ou collectif :
    Pour votre propre intérêt, vous pouvez choisir l’appareil qui correspondra le mieux à vos attentes en matière de confort. Si vous habitez en copropriété, vous ne déciderez pas seul. Vous ferez entendre votre voix à l’assemblée générale.
  • Le climat de votre région :
    La température annuelle la plus basse de votre région doit vous servir d’indice. À vrai, plus il fait froid, plus vous aurez besoin d’un chauffage performant. Ce climat est très important, car il précise les devoirs de votre chaudière. S’il n’est pas parfaitement adapté à votre situation géographique, vous risquez d’avoir froid en plein hiver.
  • L’objectif de production :
    Votre chauffage a plusieurs fonctions. Certains sont réversibles et d’autres non. C’est-à-dire qu’il pourra vous servir en été comme en hiver. La plupart des chaudières sont associées à un équipement de chauffage sanitaire. Vous devez connaître quels dispositifs vous mettront vraiment à l’aise chaque saison. S’il le faut, vous pouvez opter pour la gamme complète.
  • La taille de votre appartement :
    La puissance de votre chaudière dépendra entièrement de la surface à chauffer. Il existe des techniques de chauffage qui conviennent à de larges superficies.
  • L’entretien :
    Chaque dispositif de chauffage dispose d’une durée de vie. Afin de la prolonger au maximum, un entretien périodique est conseillé. L’entretien diffère selon le type de chauffage utilisé. Il peut aller jusqu’à 200 € en une année.
    Si vous ne voulez pas débourser le prix de maintenance, sachez qu’il existe des modèles qui n’en ont pas besoin.
  • L’impact environnemental :
    Afin de rester plus écologique, il faut investir dans des appareils respectueux de l’environnement. Dans ce cas, certaines chaudières seront à exclure de la liste.
  • L’économie que vous désirez faire par rapport à votre facture annuelle :
    Une rénovation de votre chaudière existante vous permet de faire un écart. Alors, si l’objectif est de réduire la consommation, vous devez choisir un équipement moins énergivore.

  • La part de murs ou plafonds sur l’extérieur qui augmentent d’autant la consommation !

La loi sur le chauffage

L’accès au chauffage est un droit fondamental. Que vous viviez en collectif ou en individuel, votre maison doit posséder un minimum de chauffage pour faire face à l’hiver.

Le chauffage individuel : en tant que propriétaire du logement

  • Il est de votre devoir de chauffer correctement votre habitation. Tout membre de votre famille doit pouvoir en profiter. 
  • Les frais d’achat, d’entretien et de réparation sont à votre charge.

Le chauffage quand on est locataire

  • Le paiement du chauffage dépend du bail signé avec le propriétaire. Ils se mettent d’accord sur l’acquittement des dépenses générées par le système de chauffage.
  • Si c’est le propriétaire qui gère le chauffage, il veille à ce que vous obteniez une chaleur suffisante pour la durée du contrat de location.
  • Pour ne pas endommager le logement, le locataire doit assurer un minimum de chauffage pour une absence longue durée.
  • Pour tout problème de chauffage, le locataire doit signaler rapidement le propriétaire.
  • Le propriétaire doit agir immédiatement en cas de panne urgente du chauffage. S’il ne le fait pas, le locataire peut régler la situation, fournir des pièces justificatives et se faire rembourser.
  • Si le locataire n’est pas satisfait de la qualité du chauffage, il doit aviser le propriétaire. Si aucune initiative n’a été prise, il recevra une lettre de mise en demeure. L’affaire peut remonter jusqu’au tribunal.
  • Si au moment de la location l’habitation ne possède pas de chauffage, vous pouvez demander une réduction du loyer. En grande partie, cela va dépendre de votre arrangement. Peut-être que vous avancerez les travaux et que le propriétaire le déduira de votre loyer mensuel.

Le chauffage collectif

  • Le syndic de copropriété gère en général tout le problème du chauffage.
  • Une date de prise de service et de fin de service est décidée pour le chauffage collectif.
  • L’idéal est que chacun paie l’énergie qu’il a consommée. Il s’agit de l’individualisation des charges de chauffage. Pour cela il doit disposer d’un répartiteur de chauffage pour mesurer ses propres dépenses.
  • Le chauffage collectif est fixé à 19 °C pour les immeubles anciens. Elle est de 18 °C pour les logements récents.

Les aides


Pour votre projet de rénovation énergétique, vous avez le droit de prétendre à des aides octroyées par l’État et d’autres organismes. L’objectif est de vous permettre d’accéder à une énergie plus respectueuse de l’environnement. Par la même occasion, de restreindre vos dépenses annuelles réservées au chauffage domestique.

Les aides financières sont réservées à ceux qui utilisent l’énergie renouvelable comme :

  • La chaudière, le poêle : à bois ou à granulés
  • La pompe à chaleur géothermique et le modèle Air / Eau
  • Les systèmes de chauffage solaire
  • La chaudière à gaz à haute performance énergétique

Le tableau ci-après vous décrit les subventions mises à votre disposition :

Aides

Spécification

Bénéficiaires

Condition

MaPrimeRénov’

Elle succède à l’ANAH agilité et au CITE. Ce plan de relance gouvernemental est éligible en 2022. 


Tous les ménages.




  • Bâtiment supérieur à 15 ans d’existence.

  • 2 ans s’il s’agit du changement d’une chaudière à énergie fossile.

  • Les travaux sont effectués par des artisans RGE (reconnu garant de l’environnement)

  • Habitation logée en France et dans les villes où le projet d’aide est valable.

  • Être loué comme  résidence principale du locataire.

  • La dépense énergétique doit être supérieure à ce que la loi impose.


MaPrimeRénov’ Sérénité


Elle est le résultat de l’ANAH sérénité et de MaPrimeRénov’. Une aide simplifiée pour permettre aux particuliers d’en profiter.

  • Les ménages à faibles revenus.
  • Les propriétaires d’une maison principale.
  • Les bailleurs propriétaires.
  • Les syndicats de copropriété.


Éco prêt à taux zéro

Un prêt maximum de 50 000 € pour le financement de vos travaux de chauffage. Aucun intérêt n’est à payer.

  • À tous les propriétaires physiques d’un logement.
  • Aux sociétés civiles non imposables sur les sociétés.

Chèque énergie

Chèque pour payer la facture ou les travaux de rénovation.

Pour les propriétaires au revenu modeste.

Aides venant des fournisseurs d’énergies


Subvention pour ceux qui possèdent un CEE.


Les propriétaires et locataires.


Réduction de la TVA


Sur le montant des travaux, vous recevez une baisse de 5,5 %

  • Les propriétaires.
  • Les occupants sans obligation de payer un loyer.
  • Les sociétés civiles.


Diminution d’impôt Denormandie

Dispositif de réduction d’impôt sur le revenu, valable jusqu’en 2022. 

Une prime pour les nouveaux propriétaires qui désirent faire de la rénovation.


Les bailleurs ou propriétaires qui font des travaux supérieurs à 1/4 du prix d’achat du logement.

Allègement de taxe foncière

Exonération de taxe foncière.

Pour ceux qui réalisent des travaux d’économie énergétique.


Subventions locales

Une initiative locale pour l’optimisation de l’énergie de chauffage.

Les propriétaires résidants de la région ou de la commune concernée.

FAQ

Quel chauffage pour un studio ou un petit appartement ?

  • À partir de 100 m2, un appartement peut être chauffé au combustible : gaz, fioul ou bois. Les poêles sont également des chauffages à prendre en compte. 
  • Au-dessous des 100 m2, un studio par exemple, l’électrique semble être le bon choix. Pour cela, vous avez les convecteurs électriques. Cependant, si vous avez un espace pour poser une chaudière, celle à basse température ira très bien.

Quel chauffage est le plus adapté pour remplacer mon chauffage actuel ?

Si vous n’êtes pas satisfait de votre chauffage actuel, plusieurs raisons en sont la cause. Il est peut-être obsolète, consomme trop d’énergie ou est peu performant. Dans ce cas, vous devez choisir un modèle plus efficace. 

Voici un tableau à titre d’exemple pour vous aider à faire un choix.

Nature du chauffage à remplacer

Chauffage de remplacement conseillé

Avantages du remplacement

Chaudière classique au fioul, gaz

Chaudière granulés à condensation

  • Combustion améliorée
  • Peu de perte d’énergie
  • Peut produire de l’eau chaude sanitaire
  • Consommation de combustible réduite

Radiateur électrique

Radiateur électrique à huile caloporteuse

  • Technologie récente
  • Chaleur douce et durable
  • Facture électrique annuelle diminuée

Pompe à chaleur

Chaudière électrique

  • Chauffage moins cher à l’achat
  • Énergie propre

Chaudière électrique par ionisation

Poêle à granulés hydraulique à silo automatique

  • Prix du pellet très abordable
  • Chauffage par rayonnement
  • ECS assuré
Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.